BIENVENUE SUR Le monde du grand vin
RECHERCHE
Accueil> Autres sujets > Pour une Europe Fédérale
 Gje

Le monde du grand vin

Du vin en général, de la gastronomie souvent, et du reste si nécessaire. Mais toujours dans le respect d'autrui. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé : consommez avec modération.

Pour une Europe Fédérale

Vendredi 3 Fevrier 2017, 10:24 GMT+2Par GjeCet article a été lu 1028 fois

Comment se fait-il que pratiquement tous les partis politiques ne donnent à l'avenir européen qu'une portion congrue ? Répondre que la cause de la chose est simplement l'évolution lourdement administrative de Bruxelles et ce besoin incessant de "normer" toutes choses, c'est un peu court.

Certes, la structure même des prises de décision avec cette règle stupide de l'unanimité est l'outil majeur de cette déviance par rapport aux idéaux des Hommes de la CECA et du Marché Commun.

Dans le contexte actuel de ce qu'on nomme la mondialisation, il devient particulièrement urgent de remettre tout à plat et le nouveau gouvernement de Washington avec sa nouvelle copine briton nous met sur un plateau d'argent tous les motifs pour réagir en force, célérité et surtout l'enthousiasme sans lequel les populations ne pourront adhérer.

Regardons un peu les faits !

Plusieurs générations européennes, grâce au plan ERASMUS, ont pu parcourir les universités espagnoles, françaises, allemandes, italiennes, anglaises et découvrir ainsi d'autres modes de vie, d'autres façons de penser, d'agir, de réfléchir mais sans jamais perdre de vue le socle historique de vingt siècles d'histoire et de culture.

Ces générations n'ont pas vraiment d'état d'âme nationaliste cherchant refuge auprès des partis populistes et se sentent toujours européennes en visitant Berlin, Florence, Barcelone, Amsterdam, Bruxelles, Strasbourg et autres grandes cités de notre continent.

Certes, l'Albion de Wellington a réussi à imposer sa langue native alors même que la France de Talleyrand avait réussi à dicter sa loi à Vienne. Mais bon : on ne va pas en faire un fromage et lucidement, on va mettre cette harmonie linguistique dans le compte Pertes & Profits.

Il faut revenir au concept de départ des 6. Inscrire les institutions sociales, économiques, culturelles des pays fondateurs sur un socle béton à partir duquel, naturellement, bien des spécificités nationales pourront continuer à agrémenter cette diversité fabuleuse qu'est notre Europe des 6. Il y a suffisamment de vues communes, de façons d'opérer et de gérer la société pour que cette nouvelle approche du futur puisse trouver une réalité évidente.

Naturellement, les autres pays constituant actuellement l'Union Européenne pourront rester associés dans un concept de libre-échange avec toujours une possibilité d'aller plus loin vers l'intégration des 6 dont ils devront accepter les règles et institutions.

Qu'on l'accepte ou pas, c'est en Europe que se sont construites les notions fondamentales de liberté et d'égalité. Nulle part ailleurs sur cette planète, on ne trouve de concepts de vie en société plus aboutis. Cela en chagrine plus d'un, c'est évident, mais ce n'est surtout pas une raison pour qu'on se flagelle et se sente coupable de tous les malheurs du monde.

Il est évident pour tous que cette construction européenne des Schumann, Adenauer, de Gaulle, de Gasperi et autres Monnet a un lourd passif de guerres de religion ou nationalistes. Mais justement, cela devrait tellement servir d'exemples à ne pas suivre dans tant de régions du monde où ce type de combat perdure. L'exemplarité ne fonctionne pas : de savants historiens-sociologues sauront nous dire doctement pourquoi.

Comment accepter le fait que nos politiques ne ressentent point ce besoin de réelle rupture avec des systèmes qui sont à bout de souffle ? Pourquoi croient-ils que les populations ne comprendraient pas cette nécessité de tout remettre à plat ?

Restons lucides : il est évident que l'idée d'une véritable Europe Fédérale, à limiter aux 6 du départ, est bien loin de tous les programmes insipides qu'on nous présente. Il faudra des décennies pour qu'enfin émergent quelques pointures qui sauront tenir le discours à marteler, à influer un nouvel esprit d'en-avant pour susciter enfin, en masse, ce besoin ardent de dépasser les petites frontières façonnées par l'Histoire pour enfin se mettre au diapason des entités asiatiques, américaines et autres.

Devenir le musée du monde, c'est mourir à petit feu, c'est avoir choisi la peau de chagrin, c'est réduire l'européen à une dimension mineure, si loin des grands noms qui ont osé : de Galilée à Descartes, de Charlemagne à Charles-Quint, de Molière à Goethe, d'Einstein à Machiavel, de Manet à Raphaël, de Bach à Ravel.

A tous les anciens d'Erasmus de remuer un peu ce magma insipide de nos politiques et de montrer à quel point cette notion de frontières nationales se doit de rentrer dans les livres d'histoire mais ne peut plus être la base de l'évolution telle que le monde la dessine actuellement.

ET LE VIN DANS TOUT ÇA ?

Voilà bien un domaine économique où tant de choses à faire sont possibles ! A commencer par une réelle liberté de circulation des vins, lourdement bloquée de nos jours par une paperasserie inutile, vexatoire, douanière d'un autre temps.

Mais bon, c'est là un sujet qui demandera un billet à part tant il y a de procédures à modifier en la matière !

Lire d'autres articles de la rubrique

Cet article a été commenté 11 fois | Ajouter un commentaire | Revenir en haut | Aller en bas

Beaugrand dit

Monsieur Mauss

L'Europe restera une civilisation et ne sera jamais fédérale.
Pour celà il faudrait, entre autres, que vos amis prussiens financent à hauteur de 8% de leur PIB, et chaque année, les déficits des régions pauvres.
Cela s'appelle des transferts budgétaires et les teutons, peuplade la plus nationaliste d'Europe (confer par exemple leur ridicule taux de mariage mixte et leur obsession du "Volkish") ne s'y résoudront jamais !
Autre indice : lors des matchs Allemagne-Brésil, devinez pour qui tiennent les bétits Vronzais ?

Lundi 6 Fevrier 2017, 12:24 GMT+2 | Retour au début

Mauss dit

Là, je suis en voyage mais je vous réponds vite !!

Lundi 6 Fevrier 2017, 12:57 GMT+2 | Retour au début

Mauss dit

@ Beaugrand :

Utilisez le mot "jamais" alors même que le monde change profondément et que semble inéluctable le besoin, la nécessité de s'associer pour faire front, c'est peut-être s'engager vite vers une impasse.

Comme lorrain d'origine et alsacien par mes études universitaires, je dois vous dire que les contacts réguliers avec nos voisins allemands me réservent moins de mauvaises surprises que mes contacts avec le midi de la France.

Prenons de la hauteur : il faudra des décennies avant que le concept de Fédéralisme Européen soit acté dans les faits, mais rien ne doit nous empêcher de solliciter des réflexions sur ce thème de la part de nos responsables politiques, économiques et autres.

Lundi 6 Fevrier 2017, 18:06 GMT+2 | Retour au début

Pierre dit

M Beaugrand dois je vous rappeler que les américains sont de grands enfants, que les Italiens sont des séducteurs, les écossais radins et si ce que disait Edith Cresson (une sommité intellectuelle celle là!) est toujours vrais les anglais sont tous homosexuels et les Japonais un peuple de fourmis

Lundi 6 Fevrier 2017, 18:38 GMT+2 | Retour au début

Mauss dit
Beaugrand dit

Monsieur Pierre

Dois-je vous rappeler la triste histoire du 20eme siècle er les réalités démographiques de nos voisins à casques pointus ?
Sinon pour info la semaine dernière, les allemands ont refusé la création d'une bad bank européenne... le fédéralisme disait-on ?
Monsieur Mauss, du temps de l'URSS, on pensait que le socialisme ne marchait pas car il n'y avait pas assez de socialisme. Il en est de même pour les technocrates européens : l'Europe ne marche pas, donc il faut évidemment plus d'Europe ! Bientôt la fin de l'EURSS...Kaputt !

Mardi 7 Fevrier 2017, 12:15 GMT+2 | Retour au début

Mauss dit

@ Beaugrand :

Please, laissez de côté les "casques pointus" : inutile mention pour les générations actuelles.

Et surtout, ce n'est pas parce que rien ne se fait actuellement dans l'esprit d'un Fédéralisme Européen qu'il faut renoncer !

Bien au contraire.

Cela me fait penser à Monsieur Bata qui envoie en Afrique deux commerciaux.

L'un revient et dit : "on ne fera jamais de business : tout le monde marche pied nu !"

L'autre revient et dit : "on fera un business fabuleux car ils sont tous pied nu."

Bon : OK, c'est tiré par les cheveux. Mais là, grosse fatigue après une journée assez dingue en Bourgogne.

Façon polie de dire qu'on arrête là le sujet. Merci !

Mardi 7 Fevrier 2017, 20:21 GMT+2 | Retour au début

Antoine dit

Francois President!

Oui, construire l'Europe.

Les Allemands, ce sont aussi mes amis... meme si je ne suis pas toujours d'accord avec leur politique (meme chose pour la politique de la France et del'Europe, pas toujours d'accord).

La democratie,c'est aussi ne pas etre d'accord (pas toujours avec mes amis et ma famille aussi, c'est la vie et stimulant).

Jeudi 9 Fevrier 2017, 21:18 GMT+2 | Retour au début

Pierre dit

J'ai un ami allemand , négociateur auprès du Kremlin du remboursement des dettes de l'ancienne URSS aux très grandes entreprises allemandes, qui a glissé lors d'une conversation à un très proche de Vladimir que l'Allemagne comprenait très bien que la Russie n'avait pas les mêmes capacités financières que l'ex-URSS et qu'il était envisageable de réviser à la baisse les prétentions allemandes. l'intégralité des dettes de l'ex URSS a été remboursées aux (grandes) entreprises allemandes.
Je garde pour moi l'avis de cet ami sur nos ENARQUES (niveau TRICHET, Camdessus, Noyer etc)

Vendredi 10 Fevrier 2017, 18:56 GMT+2 | Retour au début

Merci, Antoine, pour la précision de votre analyse ...

On croirait d'ailleurs un tweet de Donald Trump, mais ainsi va la pauvreté des réseaux dit sociaux ... :-)

Samedi 11 Fevrier 2017, 02:16 GMT+2 | Retour au début

Laurentg, tu n'écris que des messages intéressants


François,
je suis de plus en plus souvent en Europe de l'Est de l'UE : Slovénie, Hongrie et Slovaquie.
De par mon métier et des projets Erasmus dont tu parles, j'ai vécu pas mal de réalités très intéressantes.

Tu fais une erreur quand tu estimes que les jeunes générations n'ont guère de sentiments nationaux. Il se trouve que j'ai vraiment le sentiment qu'il n'y a guère que chez nous que cela a disparu.

Je reviens sur ta volonté de revenir aux 6 initiaux : quelle drôle d'idée !Un club des plus riches, quoi.
Alors à peine après avoir donné le goût de la sucrerie, tu veux la reprendre ?

Personnellement, je pense vraiment qu'il y a une culture européenne et en ce sens je te rejoins. Mais je la vois plus élargie que toi : il se trouve que pas mal de pays ont subi une longue période de ce déracinement culturel parce qu'on leur a imposé un autre modèle : cette époque est révolue, même si elle laissera des stigmates - mais cette culture européenne a perduré, en cachette ou en sourdine, comme une braise qui couve et ne s'éteint pas. La renaissance viticole en est un excellent exemple.

Voir aujourd'hui comment certains pays de l'UE sont considérés comme des sous traitants, utilisés juste pour pouvoir délocaliser est révoltant. Tout autant que l'exploitation de leur ressortissants payés à vil prix sur notre territoire.

un peu de lecture :
www.lapassionduvin.com/fo...

Dimanche 12 Fevrier 2017, 22:09 GMT+2 | Retour au début