BIENVENUE SUR Le monde du grand vin
RECHERCHE
Accueil> Du Vin en général > Le sieur Chasseuil hier soir sur France 5
 Gje

Le monde du grand vin

Du vin en général, de la gastronomie souvent, et du reste si nécessaire. Mais toujours dans le respect d'autrui. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé : consommez avec modération.

Le sieur Chasseuil hier soir sur France 5

Vendredi 30 Decembre 2016, 10:15 GMT+2Par GjeCet article a été lu 2204 fois

Reportage on ne peut plus classique hier soir présenté par France 5 où une noble dame parcourt quelques grandes propriétés en Champagne, Bordeaux, Bourgogne.

Point de Rhône, ni de Loire, ni d'Alsace. Ce sera pour une autre fois ?

Passages plus qu'intéressant sur le tonnelier de Château Margaux qui nous montre son art et confirme réaliser 2 barriques par jour, ce qui doit faire, dans l'année, autour de 600 pièces… de quoi permettre une belle comparaison avec les autres fournisseurs tant il est vrai qu'une telle propriété a bien plus besoin de 600 barriques neuves par an !

Cette vidéo de France 5 intègre un reportage sur le sieur Chasseuil qui a réussi à accumuler plus de 40.000 bouteilles de grands noms. Du coup, j'ai voulu relire ce que j'avais écrit à son sujet en 2008 (et oui, le temps passe !) et je remets ce billet ci-dessous afin de savoir si oui ou non je reviens sur ce commentaire de l'époque.

Je cite :

Mardi 23 Décembre 2008

Je ne connais pas Michel Chasseuil si ce n'est de l'avoir brièvement aperçu à la télé avec Olivier Poussier, montrant avec une parcimonie bénédictine de gestes, une collection apparemment unique de 20.000 bouteilles de grands crus s'étalant sur 3 siècles.

A rendre (presque) jaloux le glorieux Audouze assez fier de la sienne.

Ce Monsieur Chasseuil ne me l'a pas dit personnellement, mais il semble l'avoir fait ici et là, lors d'interview ou de visites de prestige dans sa cave de Chapelle-Bâton : ces bouteilles ne sont pas destinées à être dégustées, mais à rester telles quelles, figées dans l'histoire.

Ma fois : si chacun a parfaitement le droit de faire ce qu'il veut de ses biens, cet homme a parfaitement le droit d'exiger que ces bouteilles ne soient jamais débouchées et s'il les offre un jour pour un musée, ne doutons pas une seconde que ce sera une clause majeure à respecter.

Il n'empêche : à titre perso, je considère cela non seulement comme la suprême insulte pour le travail des vignerons, un dédain inouï pour le but final de leurs crus - être dégustés par de vrais amateurs - mais, pire encore, comme l'ultime preuve qu'une collection peut être quelque chose de profondément vain, ostentatoire, orgueilleux et … crétin.

Je m'explique : qu'on crée une collection à partir de bouteilles bues, accompagnées d'un billet détaillant les circonstances, les amis, les commentaires, voilà quelque chose qui aurait une certaine valeur. Il y aurait là une information intéressante pour l'amateur.

Mais qu'on mette là 20.000 bouteilles pleines, qui sont déjà mortes ou vont mourir, sans avoir pu offrir à quiconque le fruit du travail d'un homme qui a espéré toute sa vie que le fruit de son labeur soit apprécié, c'est d'un non-sens total.

J'arrête là, car je vais dire plein de gros mots. J'invite simplement ceux qui comprennent la langue de Shakespeare à lire le vif, très vif commentaire de Robert Parker sur son forum à ce sujet. C'est du sans bavure. Du sans gants.
 
CRITIQUE :
 
Ma foi, je ne vois pas trop ce qu'il y aurait de faux dans ce billet si ce n'est que Chasseuil, hier soir, a parlé de 40.000 bouteilles et non 20.000 comme indiqué dans ce billet de 2008.
 
En fait, plus je pense à cette accumulation de grands noms, plus je pense qu'un tel acquis pourrait servir quelques nobles causes basées sur l'opération suivante :
 
1 : organiser une fois l'an une journée dédiée à la dégustation de certains de ces crus, sur un thème de millésimes/régions/AOC. Payante mais à un prix raisonnable. A tout le moins, le but d'un vin qui est d'être dégusté serait réalisé et ce serait là un signe majeur de respect pour le vigneron. 
 
2 : verser le produit financier de cette opération à quelques ONG qui en ont bien besoin. Ça ne doit pas manquer en ce moment. Certes, encore faut-il que le sieur Chasseuil ait cette générosité : mais n'a t'il pas dit hier soir qu'un richissime amateur lui a proposé 50 millions d'euros pour sa cave et, en faux grand seigneur qu'il est, son geste de dédain a été un moment d'immense vanité sachant par ailleurs qu'il y a eu quand même quelques tractations financières non abouties eu égard à ses exigences en la matière. Hypocrisie puissance 10.
 
3 : permettre enfin à quelques pointures de la dégustation qui feraient partie de ce panel annuel, d'écrire des commentaires circonstanciés lesquels seraient alors pour les générations futures la trace réelle laissée par ces vins de prestige plutôt que la bête contemplation de bouteilles pleines en train de mourir gentiment alors même - on se répète - que :
 
le but fondamental et final d'un vin est d'être consommé et apprécié en n'oubliant jamais - là aussi je me répète - de penser au vigneron qui l'a créé sur la terre dont il avait la charge.
 
Si l'on me permet une comparaison un peut tordue, je l'avoue : cette situation figée de grands crus est un peu équivalente à un musée qui listerait au public toutes les oeuvres qu'il abrite sans jamais permettre à quiconque de les admirer.
 
Que le sieur Chasseuil prenne exemple sur ce riche citoyen américain qui a offert au Musée d'Orsay (à vérifier) l'ensemble de sa propre collection afin que chacun puisse la voir dans un cadre idoine et sans qu'il ait cherché à en moyenner la valeur financière.
 
Là encore je n'oublie pas que les conseilleurs ne sont pas les payeurs. Certes, certes…
 
Tout bon réveillon à tous nos lecteurs :-)
 
Va savoir, Charles !
Lire d'autres articles de la rubrique

Cet article a été commenté 24 fois | Ajouter un commentaire | Revenir en haut | Aller en bas

Oliv dit

Il y avait deux fautes de goût dans ce reportage un peu bling bling:
- Limiter les trésors nationaux du vignoble français aux seuls vins à 3, voire 4 chiffres sur la facture... Où sont Banyuls, Château Chalon, Vouvray, Jurançon, Bandol, Hermitage, Moulin à Vent etc etc ?
- MJ Chasseuil, ce marronnier autosatisfait des reportages qui parlent du vin comme un objet de collection pour milliardaires egotistes quand on souhaiterait qu'ils le valorisent par sa vraie valeur, celle du partage et de la convivialité.

Vendredi 30 Decembre 2016, 14:22 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

Il est plus qu'évident qu'un tel reportage aurait dû intégrer également quelques Domaines faisant excellent mais n'ayant point la dimension économique de ceux qui furent cités.

Quant à Chasseuil, je ne vois d'autre mot pour l'identifier que "médiocre".

Comment peut-on avoir un tel manque de vue, de générosité, de sens altruiste et une insuffisance d'un tel niveau ?

On sent dans sa phraséologie le sous-entendu permanent des gros sous, du nom de prestige sans évoquer, sans même penser une seule seconde au niveau qualitatif de ce qu'il a en cave ?

Comment peut-on ignorer à ce niveau qu'un vin est par nature "vivant" ?

Des caves à 40.000 bouteilles et plus, il y en a chez des privés américains, belges, suisses. Mais ce sont des gens discrets, qui n'ont aucun besoin de se la pêter en public à la Chasseuil et dont beaucoup ont une notion réelle du vin et du partage. Simplement, ils restent à leur place, discrets et ne perdant jamais le sens du relatif.
J'ai la chance d'en connaître quelques uns.

Alors oui : on a le droit de critiquer mon jugement comme on a le droit de me traiter de crétin des alpes. J'accepte.

Mais qu'on ne vienne pas me vanter cet homme lequel, en sus de sa médiocrité, est d'une tristesse infinie.

Comme on dit chez les Helvètes : il a tout faux !

Vendredi 30 Decembre 2016, 14:41 GMT+2 | Retour au début

Starbuck dit

Bonjour,
Je me permets d'intervenir sur votre blog concernant ce monsieur Chasseuil.
Je suis entièrement d'accord avec vos propos mais je pense qu'il faut aller plus loin et s'interroger sur le bon sens des vignerons qui lui vendent encore du vin.

Je parle de ceux chez qui le nouvel amateur comme moi ne peut ni entrer ni avoir la moindre bouteille.

Quel intérêt ont-ils de continuer à lui fournir des bouteilles produites en petits nombres qui feraient le bonheur de vrais passionnés ?

Je connais un domaine de Vosne Romanée qui a cessé de lui vendre des grands crus et je ne peux que m'en féliciter.

Salutations de Lorraine et bon réveillon

Vendredi 30 Decembre 2016, 16:07 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

@ Starbuck "le lorrain qui connaît la cathédrale de Metz " *:

D'abord, un bémol : les grands châteaux produisent de très grandes quantités de vins, y compris et surtout les Premiers 1855. Donc là, pas de problème de volume.

Les petites quantités sont issues de Domaines bourguignons et je comprends que vu l'attitude de Chasseuil sur le vin, certains producteurs ne veulent plus lui vendre directement et donc l'obligent à passer par les fourches caudines des cavistes.

Il ne doit pas aimer, sûr ! ……

*Pour paraphraser Mitterand qui voyait deux mondes : les zeus qui avaient lu "Les deux étendards" de Rebatet et les manants qui ne connaissaient même pas cet auteur, il y a donc ceux qui connaissent la superbe cathédrale de Metz et les "moins-que-rien" qui ne sont jamais passés par la Lorraine !

Bon là : j'aggrave nettement mon cas : il va y avoir des représailles, Borlant en tête !

Vendredi 30 Decembre 2016, 16:28 GMT+2 | Retour au début

Starbuck dit

Elle est d'autant plus belle depuis qu'elle a subi une petite cure de beauté.
Elle est particulièrement majestueuse lorsqu'on se trouve plus bas dans les jardins du conseil départemental à l'occasion du sentier des lanternes.

Une vue magnifique qui n'est possible qu'au mois de décembre à la nuit tombée.

Pour rester en Lorraine et revenir au vin, j'imagine que vous goûtez de temps en temps les vins de la région.
Ne trouvez-vous pas qu'il y a maintenant des bouteilles plaisantes ?

Vendredi 30 Decembre 2016, 17:00 GMT+2 | Retour au début

Nicolas Herbin dit

Mauss répond

Pour paraphraser Mitterand qui voyait deux mondes : les zeus qui avaient lu "Les deux étendards" de Rebatet et les manants qui ne connaissaient même pas cet auteur, il y a donc ceux qui connaissent la superbe cathédrale de Metz et les "moins-que-rien" qui ne sont jamais passés par la Lorraine !
*************************************************

Ouf, sauvé.

Pour en revenir à la discussion Chasseuil, un jour, Jean-Marc Burgaud m'a dit : "mon vin est définitivement vendu quand il est bu et pissé, pas avant."

Je pourrais aussi citer le cas de mon copain Fabio de Comm. GB Burlotto qui se refuse à augmenter ses prix car il ne veut surtout pas qu'une hausse tarifaire se traduise par une baisse du taux d'ouverture de ses vins.

Dans tous les cas, quelqu'un qui achète du vin, quel qu'il soit, pour ne pas le boire, ne devrait pas pouvoir dire qu'il est Amateur de vin. Car pour aimer et comprendre ce que l'on aime, il faut en boire. Sinon on aime juste du rêve.

Bonne fêtes à tous.

Vendredi 30 Decembre 2016, 17:07 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

@ Starbuck : gamin ! Vous n'étiez point né que je consommais quelques gris de Moselle en sus des alcools blancs de Maucourt à Vezon.

Sérieux : il est évident qu'il y a eu depuis une bonne décennie une nette amélioration des gris de Moselle, grâce d'une part à des producteurs soucieux d'une meilleure qualité et surtout à un développement général en France d'une certaine défense de produits locaux.

Pour la cathédrale, du temps des grandes heures, avec un copain de chez les Jes, nous avions les clés de cette cathédrale où pendant un mois, on pouvait aller partout (essentiellement pour prendre des photos), sous le toit (où on a vu des caisses de munitions allemandes), jusqu'à ce que les services de l'Elysée viennent gentiment me sortir de l'étude à St Clément (excellent établissement maintenant fermé) pour récupérer ces clés, De Gaulle venant dire bonjour au Préfet de Moselle (un IGAME) juste en face de cette superbe cathédrale.

Mais ça, c'est une autre histoire qu'on vous narrera un autre jour.
:-)

Vendredi 30 Decembre 2016, 19:15 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

@ Nicolas :

"Car pour aimer et comprendre ce que l'on aime, il faut en boire. Sinon on aime juste du rêve."

Phrase juste à 80 % : car "sinon, ce n'est pas du rêve qu'on aime mais juste une petite vanité même pas trumpiste, mais simplement médiocre".

Fabio : me rappelle ma dernière conversation avec Luciano Sandrone et Laurence Mortet : "faisons attention, car à partir d'un certain prix, nos acheteurs ne boivent plus aussi facilement nos vins et les gardent en cave".

Exactement en réponse, on notera alors la pensée de Jean-Marc : "un vin est vendu quand il est pissé".

Vous savez, amis lecteurs, ce qui vous reste à faire d'ici la fin de l'année, fan de zou !!!

Vendredi 30 Decembre 2016, 19:21 GMT+2 | Retour au début

Pierre dit

Il faut savoir que M Chasseuil est avant tout un homme bon, généreux, qui impose le respect, dont la cave est entièrement due aux économies de fin de mois d'un honnête ancien salarié de chez Dassault, qui poussait l'humanité jusqu'à recueillir à son domicile la propriétaire de Feytit clinet dans un but purement philanthropique tel que décrit dans un article ancien
www.liberation.fr/societe...

Vendredi 30 Decembre 2016, 21:02 GMT+2 | Retour au début

Pierre dit

"Pour la cathédrale, du temps des grandes heures, avec un copain de chez les Jes, nous avions les clés de cette cathédrale où pendant un mois, on pouvait aller partout (essentiellement pour prendre des photos),
traduction pour les jeunes béotiens qui viendraient à découvrir ce blog:
"nous avions les clés de cette cathédrale où pendant un mois, on pouvait aller partout (essentiellement pour épater les copines), "
il faut que cette vérité soit dites

Vendredi 30 Decembre 2016, 21:14 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

Nous sommes plusieurs à connaître cette histoire qui rappelle les gants blancs de certains hommes de bien à la sortie de la messe du dimanche à Pomerol pour saluer le nombre conséquent de dames très chrétiennes vivant dans un veuvage prouvant déjà à quel point, comme en Champagne, les dames méritent de belles attentions.
Certains disent même qu'à l'occasion, on évoquait des paroles venant de l'au-delà.

Toute une époque… du temps des grandes (?) heures…

Pour mes aventures au sommet de St Etienne, que nenni "pour épater les copines" ! A l'époque, les seules possibilités étaient de glisser des messages dans leurs blouses bleues lorsque nous allions chez les soeurs pour nos TP de physique… alors que maintenant, avec FB c'est… comment dire… du direct. Dans nos rêves les plus fous nous étions incapables de même imaginer la chose !

O tempora, O mores !

Vendredi 30 Decembre 2016, 21:29 GMT+2 | Retour au début

Armand dit

Comme si je ne connaissais pas Metz et sa cathédrale...Pour le reste...A voir
Dies nostri quasi umbra super terram et nulla est mora

Vendredi 30 Decembre 2016, 21:48 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

Bon : juste au moment de me coucher, Armand Brise Menu, dit ABM pour les intimes, vient me chatouiller les neurones pour une traduction latine très "cadran solaire".

Chiche qu'il se souvient que la porte principale a été augmentée (on ne dit pas améliorée) sur ordre d'un Guillaume teuton dont on a ensuite rasé la barbichette de la statue le représentant.

Et que la Mutte est la plus lourde cloche après celle de Moscou.

Et que le petit orgue Renaissance agrippé sur la droite de la nef est à nouveau opérationnel : bon, ça, je demande encore à entendre :-)

Et dire qu'ABM est un païen notoire !!

Mais que fait la police ?

Vendredi 30 Decembre 2016, 22:03 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

Bon là, on divague gravissime.

Deep sorry aux lecteurs venant chercher ici de sages conseils pour être bon bacchusien demain soir.

Alors allons y :

On ne sera pas déçu par quelques crus des domaines suivants (et là, on est en plein euphémisme) :

Domaine de la Charmoise d'Henry Marionnet

Château Carles avec la cuvée Haut-Carles

Un alsace de Trimbach (le Domaine)

Un Morgon de Burgaud ou de Bouland

Mais aussi la Roilette : pur jus !

Un "Premier" de Roederer

Un Selosse si on en a les moyens

Le blanc rarissime de Bizeul

Un Cauhapé ou un Brumont

Pour les gagnants du loto :

Ausone 2001 : avant, pendant, après.

Et sans oublier nos amis Besse, Dönnhoff, Sandrone, Rocca, Wassmer, Huber.

Merci d'accompagner vos plaintes de justificatifs sérieux !

Vendredi 30 Decembre 2016, 22:10 GMT+2 | Retour au début

Paul dit

Bon certes on pourra me taxer de favoritisme amical mais il existe un indispensable des fêtes pour la quasi certitude d'avoir un vin "ouvert" à tout âge, parfait à table et d'un tout grand niveau.

Andrea Sottimano.

Ca me donne des envies de Piémont rien que d'en parler.

Samedi 31 Decembre 2016, 10:50 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

Chouchou totalement accepté ici !

En sus, une famille piémontaise plus qu'exemplaire !

Samedi 31 Decembre 2016, 19:47 GMT+2 | Retour au début

Freewind33 dit

Bonjour, je suis toujours pantois de constater qu’il n’est pas rare que le français ait des idées pour l’utilisation des biens d’autrui alors qu’il ne supporte rarement qu’on en ait pour les siens ...

Mercredi 4 Janvier 2017, 06:40 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

Comme vous, Thierry, je reste pantois devant cet argument qu'il n'est point permis d'émettre une opinion sur ce que fait un individu avec un bien lui appartenant.

Votre phrase est bien trop généraliste pour qu'elle puisse être gravée dans le marbre de la morale publique tant il est vrai que chacun peut trouver des exemples où des notions d'altruisme peuvent être évoquées alors même - dans le cas présent - où ce dépositaire de tant de vins ne se gêne aucunement pour étaler ce musée en réclamant une assimilation au mot Louvre.

Bref : qu'il fasse ce qu'il veut avec ses biens mais s'il les étale ainsi publiquement, à tout le moins qu'il accepte des vues divergentes sur se façon de voir les choses.

Mais bon : votre message contient le mot "rare" : vous êtes absout du péché de dicatature de la pensée :-)

Mercredi 4 Janvier 2017, 08:37 GMT+2 | Retour au début

Pierre Henri Guerdon dit

Monsieur Mauss j'en ai un peu marre de vous voir condamner à tout bout de champ monsieur Chasseuil ? De quoi cet homme est-il coupable au juste? De stocker du vin et de vouloir le garder comme relique. Où est le problème ? Il n'a tué personne.
Que certains de vos amis aient 40,000 bouteilles ne vous pose pas problème alors même qu'il est tout aussi "crétin" d'avoir une telle quantité et de priver des centaines d'amateurs de certaines de ces bouteilles.

Jeudi 5 Janvier 2017, 17:55 GMT+2 | Retour au début

Mauss dit

Il me semble avoir bien expliqué dans mes différents billets sur ce sujet les motifs de mon courroux :

Ne pas envisager que ces vins soient dégustés me semble une réelle insulte au travail des vignerons.

Les grands collectionneurs que je connais ont un toute autre attitude :

- boire leurs vins
- les offrir à des amis

et ne jamais s'en servir pour la mise en avant d'un ego surdimensionné.

Ceci dit, croyez bien que j'accepte parfaitement qu'on puisse avoir une opinion totalement opposée, comme la vôtre… ce qui me permet d'exprimer la mienne.

Jeudi 5 Janvier 2017, 18:36 GMT+2 | Retour au début

Pierre dit

Il est de notoriété publique que M Chasseuil a constitué sa cave grâce à la revente de l'allocation annuelle de plusieurs milliers de bouteilles de Chateau Feytit clinet qui lui a été accordée par la propriétaire très très très âgée qu'il avait recueillie sous son toit. c'est lui même qui le dit, tout le monde n'est pas aussi généreux. Donc rien de répréhensible. mais on peut avoir une opinion, non? cher Pierre henri.

Vendredi 6 Janvier 2017, 12:01 GMT+2 | Retour au début

Mauss dit

Même sans cette note laquelle, disons le, ne génère que peu de sympathie pour l'homme, je reste ferme sur mon argument de base :

UN VIN EST FAIT, CREE, POUR ETRE BU COMME UN TABLEAU EST FAIT, CREE, POUR ETRE VU.

Vendredi 6 Janvier 2017, 12:21 GMT+2 | Retour au début

Pierre Henri Guerdon dit

Si je vous suis bien, toutes les œuvres d'art devraient être dans des musées pour être admirées du plus grand nombre.
Dès lors que vous achetez quelque chose légalement, cette chose vous appartient. Et je ne vois pas pourquoi nous devrions faire des commentaires sur l'utilisation que Monsieur Chasseuil fait de ses biens. C'est une manie bien française de vouloir tout régir.

Vendredi 6 Janvier 2017, 14:08 GMT+2 | Retour au début

Mauss dit

Sieur Pierre Henri : s'il vous plaît : laissez moi l'exclusivité d'être jésuite sur ce blog :-)

Bien évidemment que je respecterai toujours la totale liberté d'action sur ses biens de la part de quiconque.

Mais quand il s'agit d'un homme qui se vante de cette façon, étale son ego comme dieu pas permis et dont on sait qu'il n'a pas toujours tout acquis "proprement" (et là, je reviens de St Emilion où j'en ai encore appris sur son comportement), nous ne sommes plus dans le contexte du collectionneur type Yves St Laurent qui est resté discret toute sa vie et n'a pas demandé urbi et orbi d'être le Louvre de quoi que ce soit.

Bref : votre obstination à défendre sieur Chasseuil, finalement, cela vous honore mais vous aurez un mal fou à me faire changer d'avis sur ce bonhomme.

Vendredi 6 Janvier 2017, 18:21 GMT+2 | Retour au début