BIENVENUE SUR Le monde du grand vin
RECHERCHE
Accueil> Du Vin en général > Les dégustations à l'aveugle et le restaurant Univerre
 Gje

Le monde du grand vin

Du vin en général, de la gastronomie souvent, et du reste si nécessaire. Mais toujours dans le respect d'autrui. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé : consommez avec modération.

Les dégustations à l'aveugle et le restaurant Univerre

Lundi 30 Mai 2016, 09:07 GMT+2Par GjeCet article a été lu 1878 fois

Le dernier billet de David Cobbold sur le blog des 5 (ICI) a traité de la fameuse dégustation de 1976 qui avait fait le buzz à l'époque, eu égard à une révélation de crus californiens qui étaient arrivés au sommet.

Il y a eu plusieurs répliques de cet événement et on devra toujours remercier Stephen Spurrier d'avoir initié une telle confrontation qui a suscité, depuis, de longs commentaires ici et là.

Que peut-on dire maintenant, 40 ans plus tard ?

Première constatation : depuis 1976, le monde des amateurs a découvert un nombre conséquent de régions viti-vinicoles allant au-delà des mythiques noms Bordeaux, Bourgogne, Californie.

Deuxième constatation : les crus californiens ont connu, sur leur marché, un intérêt majeur à tel point que ce sont maintenant des vins dont les prix sont largement à 3 chiffres. Il est vrai que leur production, en volume, est loin de pouvoir satisfaire ce vaste marché d'amateurs dont l'évolution est directement liée au rôle majeur de Robert Parker qui a simplifié le système de commentaire par l'application d'une note sur 100 points.

Troisième constatation : cela a peu impacté la réputation des grands noms bordelais, appuyés qu'ils sont par une classification historique, le 1855, et une puissance de communication haut de gamme à laquelle il est honnête de reconnaître et d'associer des succès incontestables dans bien des millésimes.

Quatrième constatation : aux USA, Bordeaux y a toujours son premier marché export car c'est bien la seule région au monde ayant cette capacité remarquable de produire, à haut niveau, des quantités impressionnantes. Seule la Champagne peut afficher en ce sens une supériorité quand on songe au volume - jamais défini officiellement - des étiquettes de renom comme Dom Pérignon ou Cristal. Les californiens ? Très difficile de les trouver en dehors de Londres… et encore !

Cinquième constatation : l'amateur est moins obnubilé par les noms mythiques à prix costaud, sachant maintenant qu'il peut trouver ailleurs des vins dont les qualités sont également de toute beauté : on peut citer ainsi les grands vins blancs allemands ou autrichiens, les magnifiques Barolo ou Barbaresco du Piémont, la montée internationale des Bolgheri et autres Brunello de la Toscane, les nouveaux espagnols du Priorat ou de Ribera del Duero, les nouveaux vins du Portugal, certains crus chiliens ou argentins… et sans oublier ce que peut offrir l'Australie et la Nouvelle Zélande. Il y a de quoi satisfaire, et dans toutes gammes de prix, les souhaits qualitatifs des amateurs.

Sixième constatation : les nouveaux marchés asiatiques vont fatalement croître vers des volumes impressionnants et la Chine commence à s'intéresser à d'autres régions que Bordeaux. Cela va bouger sensiblement dans les années à venir.

Septième constatation : l'information, et surtout depuis la retraite de Robert Parker, et avec l'arrivée des outils de l'internet, des applications tells que Cellartracker ou Vivino, va se disperser tout azimuth personne, pour le moment, pouvant se targuer d'être n° 1.

Alors quid des dégustations comparatives ?

Elles ne peuvent se limiter, par nature, qu'à quelques milliers de vins par an. C'est pratiquement insignifiant et donc elles ne se feront toujours que sur base de crus reconnus, dans le haut de gamme en espérant que les organisateurs mettront un point d'honneur à toujours y inclure des "nouveaux noms" soucieux de démontrer à quel niveau ils peuvent prétendre.

Il va donc falloir impérativement que des régions moins connues, des AOC et des domaines méritant une meilleure exposition mettent des moyens conséquents afin d'atteindre ces marchés internationaux. Tâche gigantesque !

En remerciant encore David Cobbold pour son commentaire sur cette fameuse confrontation de 1976, chacun pourra revoir la petite vidéo réalisée lors de cette belle dégustation faite au Laurent où les dégustateurs ont donné, pour les mêmes vins, une note à l'aveugle et ensuite une note étiquette connue. ICI

Toute une époque, du temps des grandes heures… 

:-)

UNE CARTE DES VINS EXCEPTIONNELLE

Dîner très sympa hier soir avec Axel Marchal qui sera un des conférenciers pour notre table ronde à Villa d'Este dont le thème cette année sera :

Grand Vins et Sciences : état des lieux.

Dîner au restaurant l'UNIVERRE qui a une carte des vins d'un passionné comme peu de restaurateurs le sont et dont voici une partie des noms de vignerons dont les vins sont disponibles à prix plus que corrects.

ùoijo^j

Lire d'autres articles de la rubrique

Cet article a été commenté 16 fois | Ajouter un commentaire | Revenir en haut | Aller en bas

Mauss répond

Dans cet esprit d'ouverture sur le monde, au VDEWS cette année, nous organisons une dégustation à l'aveugle de 10 syrahs provenant de 10 pays différents.

Le but n'est surtout pas de hiérarchiser les vins, mais bien plus de montrer ce qu'un cépage particulier est capable de donner, en style, en fonction de sa région de culture.

Il y aura naturellement France et Suisse, Italie et Espagne, Amérique du nord et du sud, Australie, etc…

Et on vient de me dire qu'à Vinexpo HK il y a eu une présentation de ce cépage qui a fait un carton !

Ce type de dégustation sera certainement étendu à d'autres cépages, la condition que je mets est d'abord de privilégier des crus ayant 100 % de ce cépage ou, en deuxième choix, un minimum de 80 %.

Lundi 30 Mai 2016, 09:44 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

Sans revenir sur les échanges musclés sinon body buildés relatifs aux points de vue Rigaux/Fuster (et les derniers commentaires mis en ligne de Bizeul me semblent tellement justes), qu'il me soit permis ici, afin de ne pas donner de sieur Fuster une vue exagérée de son tempérament parfois méfistofélien (et itou pour le Jacky) - humour hein ! achtung - , permettez moi donc de vous proposer une autre vision où musique et vin peuvent partager la vie d'un honnête homme :

vitineraires.blogspot.fr/...

Bon : Michel Bettane pour lequel la musique baroque est quelque chose de plus important que le vin, espérons que s'il va lire ces lignes, il gardera la sagesse qu'il fréquente en ce moment à Hong-Kong.

Lundi 30 Mai 2016, 15:55 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

Exemple typique de ce qui n'est plus possible :

"Pierre" m'envoie un commentaire que je ne mettrai pas, quand bien même il n'y a pas nature à censure, simplement parce que, lorsque je réponds au mail par lequel il m'envoie son commentaire, ce mail est bidon.

Il me faut les coordonnées complètes de ces anonymes pouvant être sympas avant que je ne mette en ligne leur commentaire.

J'espère que c'est clair pour tout le monde.

Lundi 30 Mai 2016, 19:03 GMT+2 | Retour au début

Guire dit

Faire une dégustation à l'aveugle d'un cépage provenant de plusieurs pays est une idée excitante.
Après d'un point de vue pratique il va se produire dans l'esprit du dégustateur forcément une hiérarchie avouée ou non qui obligatoirement sera injuste:
En effet comment faire pour qu'un seul vin soit représentatif d'un pays ?
Ne faudrait-il pas faire une comparative en fonction des terroirs ?
Si l'on déguste un chardonnay de Bourgogne contre un chardonnay du Limoux on a l'impression d'être dans deux pays différents ...

Lundi 30 Mai 2016, 22:47 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

Merci Monsieur Guire de ce commentaire.

Nuançons les choses :

"Après d'un point de vue pratique il va se produire dans l'esprit du dégustateur forcément une hiérarchie avouée ou non qui obligatoirement sera injuste:"

Pas forcément injuste dans la mesure où ce jour là, avec ces échantillons, cela représentera ce qui, pour son palais et sa connaissance de la syrah, est le meilleur pour lui.

La faire en fonction des terroirs, par exemple entre France et Suisse, cela a été fait au GJE.

Disons que ces syrah de 10 pays différents, c'est probablement plus ludique, informatif que professionnel.

Ce que j'attends, c'est de voir parmi les dégustateurs en provenance de plus de 20 pays, des producteurs comme des amateurs, quelles seront les syrah qui génèreront les plus vifs commentaires lors du debriefing.

Mardi 31 Mai 2016, 06:48 GMT+2 | Retour au début

Chaunyps dit

Jolie carte, en effet, si l'on en croit la carte des vins disponible sur le site du restaurant :
www.univerre-restaurant.c...

François, qu'entendez-vous par "des prix plus que correct" ? Une multiplication des prix par deux et demi voire moins, comme en Italie ou en Espagne ? Ou un coefficient de 3 ou 4 tout de même ?

Avez-vous lu l'article d'Alain Chameyrat qui était aussi en édito du dernier guide B+D : "Le vin au restaurant à prix propriété, c'est possible?"
www.mybettanedesseauve.fr...
Et pensez-vous que ce soit réaliste d'imaginer la généralisation de ce genre de modèle?

Mardi 31 Mai 2016, 09:47 GMT+2 | Retour au début

Chaunyps dit

La dégustation comparative rappelle une proposition de dégustation par Pierre Casamayor dans son "Ecole de la dégustation" intitulée "la syrah des deux mondes" dans laquelle il propose de contraster 4 syrah française (deux Cornas, une syrah IGP de l'Hérault de Daumas-Gassac, une syrah IGP côtes-du-roussillon-villages de Gauby) et 4 syrah australienne (une en nouvelles-galles du sud, les 3 autres en Australie méridionales).
Il justifiait à l'époque (1997)la restriction de la comparaison à l'Australie par le fait que "seule l'Australie a su acclimater cette 'Shiraz'avec" toutefois "des fortunes diverses". J'imagine que les choses ont changé depuis 20 ans ! Vous nous raconterez cela plus tard...

Mardi 31 Mai 2016, 09:55 GMT+2 | Retour au début

Dans une comparaison organisée en mai 2004, nous avions aligné ces vins :
Clarendon - Clarendon Hills – Shiraz Astralis Vineyard 1999
Hermitage – Domaine Jean-Louis Chave 1999
Barossa Valley – Torbreck – Run Rig 1998
Côte-Rôtie – Domaine Jean-Paul et Jean-Luc Jamet – Côte Brune 1999
Cornas – Thierry Allemand – Reynard 1999
South Australia – Penfolds – Grange 1997
Coteaux du Languedoc – Domaine de la Négly (SCEA Les Capitelles) – Clos des Truffiers 1998
Eden Valley – Henschke – Shiraz Hill of Grace Vineyard 1997

Net avantages aux cuvées rhodaniennes ...

Mardi 31 Mai 2016, 12:38 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

@ Laurentg :

Là, vous avez joué dans le grand luxe : manquait plus que SQN.

Nous, catégorie plus modeste, on va quand même y ajouter une syrah italienne, une espagnole et une belle helvète qui devrait casser la baraque.

@ Chaunyps : oui, on vous dira tout sur cette demie-aveugle car les zeus auront la liste des crus mais sans savoir dans quel ordre ils seront servis !

Sur le prix des vins comme à l'UNIVERRE, ce qui est impératif, c'est de venir en groupe, histoire de légitimer devant son ministre des finances (généralement l'épouse) le billet qui a été laissé là en belle convivialité ! :-)

Hier soir : un Keller et un Arlaud village. On a été très sage !

Mardi 31 Mai 2016, 12:54 GMT+2 | Retour au début

François

Sine Qua None Midnight Oil 2001 est un vin de grande classe.

D'autres "haut de gamme" en Australie :
* Mac Laren Vale Shirvington 2002

* Mac Laren Vale - Kilikanoon "Parable" Shiraz 2005

* Clare Valley - Kilikanoon "Attunga 1865" Shiraz 2005


Fonsalette syrah pour représenter le Rhône Sud, aussi.

Curieux de connaître vos pistes italienne et espagnole.

Mardi 31 Mai 2016, 14:47 GMT+2 | Retour au début

Mauss.th dit
Mauss.th dit

Martin Wassmer produit deux cuvées inattendues d'un très bon niveau! Un 100% cabernet franc, qui damnerait le pion à pas mal de Chinon, et une Syrah qui a très belle allure! Elle n'a pas le fond des plus grands vins rhodaniens, évidement, mais elle est très plaisante, joliment élevée...J'ai hâte de voir comment elle se comportera dans cette dégustation!
Serge Dubs m'avait informé que le frangin, Fritz Wassmer, produisait une Syrah de grande qualité. Pas gouté celle là!

Mercredi 1 Juin 2016, 13:38 GMT+2 | Retour au début

Stéphane Hubert dit

En Australie je rajouterais Drew Noon et son Shiraz Reserve et coté USA, pour sortir des sentiers battus, une syrah de Cayuse, produite par un Français qui s'y est installé depuis plus de 10 ans dans l'état de Washington.

Mercredi 1 Juin 2016, 23:12 GMT+2 | Retour au début

Christophe Baron produit plusieurs cuvées de syrah.
La walla Walla Cailloux Vineyard est de haut niveau.

Jeudi 2 Juin 2016, 08:39 GMT+2 | Retour au début

Stéphane Hubert dit

Plusieurs cuvées de Syrah, mais aussi d'autres cépages et des assemblages.
J'ai toujours considéré les Cailloux comme son entrée de gamme, Cerise et Chamberlin étant encore un cran au dessus.
Pas encore gouté sa cuvée Armada. Quand au sommet, Bionic Frog (pour le moins original comme nom), gouté une fois avec un très beau souvenir.

Ce serait un bel ajout dans une telle dégustation des surahs à travers le monde.

Dimanche 5 Juin 2016, 08:10 GMT+2 | Retour au début