BIENVENUE SUR Le monde du grand vin
RECHERCHE
Accueil> Du Vin en général > WINE LISTER : c'est ouvert !
 Gje

Le monde du grand vin

Du vin en général, de la gastronomie souvent, et du reste si nécessaire. Mais toujours dans le respect d'autrui. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé : consommez avec modération.

WINE LISTER : c'est ouvert !

Vendredi 13 Mai 2016, 08:53 GMT+2Par GjeCet article a été lu 1282 fois

Reçu ce jour la proposition via B+D de m'abonner au site, au produit WINE LISTER (WL).

Vous connaissez tous mon altruisme inconséquent et donc, ma carte visa fut débitée - avec mon consentement, je vous le confirme - de £ 90. Bon : donner des pounds à quiconque, ça peut me peser :-)

On va donc vous tenir informé de ce qu'on trouve sur WL - et nulle part ailleurs, si c'est le cas - et surtout juger qu'est ce que cela nous apporte comme informations utiles pour nous, consommateurs de base.

Premier test : dans search, on peut taper aussi bien le nom d'un cru que le nom d'un domaine. Et alors vous avez des notes sur 1000, positionnées dans une ligne horizontale et ensuite cela vous donne accès à divers critères dont - les coquins, on l'avait écrit ! - une liste des vins méritant un investissement.

J'ai aimé le graphe analysant tous les millésimes répertoriés sur le vin : une vision immédiate des choses.

Je suis en attente de nouveaux domaines encore absents, style Marco Sara.

Mais bon : juste 10 minutes de papillonnage et donc un point de vue sommaire.

Exemple rigolo : vous avez un bouton "hidden gem" avec 337 vins cités. Des bijoux cachés ! L'Alsace y est avec plusieurs domaines… mais pas mes potes de Cà Növa. Bref : entre nous, on aura des tas d'occasions d'être en avance de découvertes.

Une première conclusion : pour bibi, qui doit quand même se tenir informé de ce qui se passe dans le monde du vin, et surtout pour croiser d'autres informations que l'on trouve sur des blogs et forums, avoir payé pour un an £ 90, c'est acceptable.

Soyons fair-play : que les initiateurs puissent rentrer dans leur investissement et même mieux, mais ne cachons pas le point fort, à savoir dire aux gens quoi acheter pour un éventuel profit financier.

Sur un plan pratique, il semble qu'un réel succès de ce logiciel, de cette application, soit la mise au point fissa d'une version IPAD et Smartphone. 

Ce doit être dans les tuyaux…

:-)

Lire d'autres articles de la rubrique

Cet article a été commenté 9 fois | Ajouter un commentaire | Revenir en haut | Aller en bas

Remil dit

Testé aussi à l'instant.
J'ai pris l'essai gratuit de 14 jours pour voir ce que cela m'apport à l'usage vs. d'autres sources d'informations que j'utilise de façon récurrentes (la base de données du quide BD, cellartracker et wine-searcher).

L'interface est en tous cas très réussie.

Vendredi 13 Mai 2016, 10:38 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

JUSTE : interface bien clair, direct mais les mots à cliquer en gris clair : pas évident. Va falloir améliorer cela, soit en changeant la couleur, soit en les soulignant.

Mais il faudra un jour soigneusement évoquer les éventuels effets pervers, pour les investisseurs, sur le fait, qu'en cas de grand succès de ce produit, les prix changent rapidement.

Je veux dire : dès qu'un vin apparaîtra sur la liste des bijoux à acheter ou sur la liste des vins à investir, les vendeurs de ces vins, du coup - comme ce fut le cas pour les négociants qui avaient les listes Parker avant qu'elles soient "publiques" - freinent ou stoppent leurs ventes pour laisser monter les prix.

Avec le temps, on va voir comment cela évolue.

Vendredi 13 Mai 2016, 11:47 GMT+2 | Retour au début

Gregv dit

Je viens d'essayer. Je ne crois pas un instant à ce projet. C'est limité de chez limité.

Mardi 17 Mai 2016, 14:02 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

Pour l'Europe, je crois beaucoup plus à qui aura l'idée de créer un tel outil mais orienté vers des découvertes et surtout avec un sage principe : aucun vin avec un prix supérieur à XX €.

Chacun sait que boire un jour un Margaux ou un Lafite, c'est simplement une question de gros sous et que rarissimes sont les millésimes dans ces noms de prestige qui peuvent susciter un gouffre gustatif et émotionnel avec des suivants ne coûtant qu'un dixième de ces noms prestigieux.

Pas besoin d'un Guide papier ou informatique pour me dire que Cheval-Blanc, Montrachet, Musigny sont des vins de référence. Chaque amateur a ces noms en tête et les riches qui peuvent se les payer n'ont simplement pas besoin de guides ou, plus bêtement, n'ont pas le temps de lire.

Par contre, qu'un Herbin, qu'un Bettane, qu'un David Rayer, qu'un Galloni nous fassent part de découvertes à prix décents, là oui, on est preneur et oui on peut payer un coût totalement légitime pour bénéficier de ces informations.

Mardi 17 Mai 2016, 15:48 GMT+2 | Retour au début

Bruno dit

A contrario Francois, quand on surfe sur certains sites etc qu'on se donne la peine d'étalonner ses goûts sur ceux des nombreux prescripteurs, le résultat peut être très proche (un exemple ?)

Mardi 17 Mai 2016, 19:16 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

@ Bruno

Certes : si par exemple vous aimez Dussert-Gerbert, Jancis Robinson, Joël Payne, GautMillau ou autres écrivains du vin, et que ceux-ci ont des blogs/sites gratuits, c'est évident : suivez leurs conseils.

Et donc inutile de souscrire à cette nouveauté dont, je me répète, le but premier est quand même de donner via X facteurs (qualitatifs, marketing, historique, classements) une évaluation du potentiel financier du vin.

Mais pour nous dire, par exemple, que Tertre Roteboeuf a des potentiels de plus values sur les millésimes 2005 et 2010, c'est confirmer une chose connue : ce sont les millésimes ayant une image d'excellence qui ont le plus de chances de connaître des augmentations de prix.

Vous voyez : rien de bien sorcier.

Mardi 17 Mai 2016, 20:43 GMT+2 | Retour au début

Bruno dit

Réponse a votre première interrogation : non. Je parlais de "quidam moyens" que l'on peut croiser au hasard de la vie !

Mardi 17 Mai 2016, 20:47 GMT+2 | Retour au début

Jean Laoue dit

Quel intérêt pour le consommateur de s'abonner à Wine Lister si il est déjà abonné chez Jancis Robinson ou Antonio Galloni ? Il connait déjà les vins bien notés et pourra, selon des critères internes, définir sa politique d'achat. De plus, les algorithmes maisons ne sont pas conçus sur un travail "en interne" mais sur une simple agrégation d'un travail de sociétés externes, totalement incontrôlables aujourd'hui (je pense notamment à Wine Marketing Journal) ou à Wine Owners, sans parler des occurrences de Wine-Searcher.
Bref, compiler des informations n'est pas faire de l'information. Et je suis d'autant plus dubitatif que ni Jancis Robinson, ni Antonio Galloni ne se sont fait écho de ce service sur leur site.

Jeudi 19 Mai 2016, 09:46 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

@ Jean Laoue :

Disons que le produit est dans sa jeunesse et qu'il y a de fortes chances qu'il puisse évoluer pour offrir - à prix modique - de véritables informations qu'on ne trouve pas ailleurs pour le moment.

Comme vous, je reste dubitatif sur cette approche de conglomérer des infos qu'on ne contrôle pas, venues d'ailleurs. C'est délicat à tout le moins.

Ne soyons pas trop négatif : on sait qu'aussi bien Jancis qu'Antonio n'ont pas offert leurs infos perso, mais on dut négocier maousse costaud. Ce ne sont pas des gens qui se sous-évaluent.

En fait, il va y avoir des effets pervers si les crus bénéficiant de potentiels de plus-values connaissent tout à coup des envolées qui alerteront immédiatement les négociants ayant cela en stock et donc, profitant alors de ce mouvement brut d'achat.

Bon : on a déjà évoqué ce risque bien connu du temps de Parker : on verra bien.

Jeudi 19 Mai 2016, 12:08 GMT+2 | Retour au début