BIENVENUE SUR Le monde du grand vin
RECHERCHE
Accueil> Du Vin en général > Un vin étonnant et La Taille aux Loups
 Gje

Le monde du grand vin

Du vin en général, de la gastronomie souvent, et du reste si nécessaire. Mais toujours dans le respect d'autrui. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé : consommez avec modération.

Un vin étonnant et La Taille aux Loups

Mercredi 4 Mai 2016, 20:00 GMT+2Par GjeCet article a été lu 2101 fois

Invité sur le Grand Prix Formule E, à côté du classique Champagne Mumm, il y avait un vin rouge offert aux invités.

D'habitude, pour ce type d'événement "relations publiques", les vins choisis ne sont pas des sommets de la viticulture française ou même européenne.

Et bien là, grosse surprise ! Bon, ce n'est ni un classé, ni même un vin d'AOC, mais, sur une étiquette pleine de promesses, on avait là un vin rouge qui mérite largement le mot de "décent".

On aimerait connaître le Maestro qui a pu imposer ce nom à ce cru ! Du côté de Libourne, on va applaudir discrètement.

:-)

oîh^
Un 100 % merlot IGP
 
ùoîh^
La contre-étiquette
 
 On aura remarqué que la langue explicative du cru est en anglais… alors même que ce Grand Prix E se déroulait à Paris où il fut superbement organisé.
 
On est heureux de constater qu'on peut, dans le sud, produire un 100 % merlot qui garde sagement ses 13°. Mais surtout, le descriptif, pour une fois, correspond bien à la réalité.
 
Le vin est rond, agréable, bien équilibré et sans prétention à se hisser au niveau des merlots de Pomerol… quoique certains châteaux méritent encore quelques leçons côté plaisir offert aux consommateurs.
 
Est-ce un vin de coopérative ? Probablement. Si un de nos lecteurs a quelque connaissance sur l'origine et le CV de ce vin, cela m'intéresse. Le prix doit être sympa, j'imagine. Mais est-ce un vin uniquement destiné à des marchés extérieurs ? 
 
Légalement un tel IGP, millésimé 2014, ne peut contenir que des merlots français ?
 
En tout état de cause : bravo pour ce choix tant il est vrai que dans ces salons VIP - le personnel était à tout point de vue exceptionnel - on est là plutôt pour parler vroum-vroum électrique.
 
POUR RESTER DANS LES DECOUVERTES
 
Le service du vin au verre, c'est quand même bien car le consommateur est alors capable de prendre un "risque" en se laissant plus facilement conduire par le choix du sommelier.
 
Ainsi, à la brasserie du Bristol, un excellent * macaron, la proposition qui a fait tilt : 
 
ôijô
Une beauté sans défaut
 
Le nom du Domaine m'était familier, mais aucun souvenir d'avoir croisé un tel blanc : fin et rond à la fois, avec de très belles saveurs et tout ce qu'il fallait pour accompagner un pâté en croûte, premier prix lors de la compétition de ce chef d'oeuvre de la cuisine française, lors de l'édition 2011.
Merci à ce sommelier pour ce conseil. On a fait tout grand !
Lire d'autres articles de la rubrique

Cet article a été commenté 33 fois | Ajouter un commentaire | Revenir en haut | Aller en bas

David dit

Jacky Blot est propriétaire des domaines de la taille aux loups (Montlouis) et de la butte (Bourgueil). De très beaux vins à prix doux. Le clos du Mosny se trouve à moins de 15 EUR dans le commerce. Je vous recommande une visite, prenez le temps, c'est un bavard!

Jeudi 5 Mai 2016, 10:10 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

Merci de ces infos, David et donc ce Clos rentre de facto dans mes très bons RQP français.

Un vin totalement consensuel, capable d'être présent sur bien des mets, pour autant qu'ils ne soient pas dominés par des aspects épicés trop marqués.

Finalement, la Loire est trop discrète ! Mais bon : Philippe Bourguignon va me faire découvrir, semaine prochaine, quelques lieux secrets, vignerons et tables où les 3 chiffres sont quasi inconnus !

Je sens qu'on va se lécher les babines !

On vous dira presque tout…

:-)

Jeudi 5 Mai 2016, 10:26 GMT+2 | Retour au début

Bruno dit

Et on a d'autres adresses en Ligure, qui font bon et d'un accueil superlatif : Philippe DELESVAUX et le domaine de ST Just par exemple

Bruno

Jeudi 5 Mai 2016, 14:11 GMT+2 | Retour au début

Bruno dit
Mauss répond

Dégusté à midi toujours de Monsieur Blot, en millésime 2013, son autre cuvée de Montlouis sec, le Remus, bien plus sec, à la limite trop pointu.

Mais bon, la cuisine du Bip Gourmand "Le Lion d'Or", à Amboise, était un exemple parfait d'une gastronomie locale (sandre) parfaitement à la hauteur.

Jeudi 5 Mai 2016, 15:05 GMT+2 | Retour au début

François,

2013 est très acide en Loire, blanc et rouge.
2014 est très différent, d'une grande générosité.

Jeudi 5 Mai 2016, 15:39 GMT+2 | Retour au début

Greg V dit

La taille aux loups, tout comme la Butte, est incontestablement mon domaine préféré de Loire. Les blancs 2014 sont vraiment réussis.

Par contre, je veux bien qu'on me donne l'adresse d'un caviste qui vend le Clos Mosny à 15 euros, car au domaine c'est plus cher ...

Jeudi 5 Mai 2016, 19:02 GMT+2 | Retour au début

A répond

Je vais essayer d'y passer lundi ou mardi pour y comprendre un peu plus.

Merci à tous des infos !

Jeudi 5 Mai 2016, 19:05 GMT+2 | Retour au début

Jb dit

Voici des infos sur le producteur du vin Saint Etalon

www.foncalieu.com/vins-la...
la gamme Saint Etalon est réservée a l'export

Jeudi 5 Mai 2016, 21:10 GMT+2 | Retour au début

Sebovino dit

De passage au domaine, tous les 2014 de Taille au Loups étaient savoureux et dynamiques. Y compris le Triple Zéro quk est à mon sens le meilleur opus depuis des années.

Lors de ma dégustation, les vins avaient un grillé/réduit très typé.

Avez-vous ressenti cette aromatique François sur le Clos de Mosny 14 ( vendu 18€ au domaine)?

Les Caburoches 14, l'entrée de gamme en Vin de France ( donc Vouvray puisque les vins qui ne sont pas vinifiés sur Vouvray ne peuvent prétendre à l'AOC depuis le millésime 2014...alors que les parcelles sont sur...Vouvray :) ), avait totalement perdu cette aromatique grillée il y a quelques semaines...donc gare aux évolutions en bouteille, ce qui a été ne sera peut être plus :(

Jeudi 5 Mai 2016, 22:45 GMT+2 | Retour au début

Sebovino dit

Bruno:

Delesvaux, magnifique en Layon sucré mais on est loin du style de Blot. AMHA.

Monsieur (Greg) V:

Ok pour un amour exclusif et possessif sur les blancs de Blot mais de là à faire chambre commune avec ses rouges...C'est bon quand on aime le cab franc mais je trouve qu'il y a de nombreux domaines qui font meilleur.

Jeudi 5 Mai 2016, 23:04 GMT+2 | Retour au début

Pierre dit

Sebovino "il y a de nombreux domaines qui font meilleur."
dites nous tout sebovino

Vendredi 6 Mai 2016, 08:25 GMT+2 | Retour au début

Greg V dit

Moi j'en connais pas vraiment qui font meilleur. Au risque de me faire rabrouer, je trouve même que Alliet, Clos Cristal ou Foucault ne font pas mieux...

Au domaine de la Butte c'est toujours accessible, élégant, racé, pour un prix souvent intéressant.

Vendredi 6 Mai 2016, 10:47 GMT+2 | Retour au début

Greg,

Sur pas mal de rouges ligériens 2005 bus récemment en horizontale, Rougeard et La Butte n'ont pas fait d'étincelles.
Je n'ai au passage jamais été ébloui par un rouge du Clos Rougeard (et je n'apprécie guère leur blanc).

Belles réussites pour Alliet (Huisserie et VV), Baudry (Croix Boissée) et surtout Joguet (Clos du chêne vert).

Le chenin botrytisé est magnifique chez Delesvaux, avec souvent un petit air vouvrillon.

En blanc, je considère François Cotat comme un domaine phare sur Chavignol (avec un rapport qualité/prix époustouflant).

Vendredi 6 Mai 2016, 11:22 GMT+2 | Retour au début

Greg V dit

Attention, Jacky Blot est finalement un "jeune" vigneron et je pense que ses vins récents sont vraiment meilleurs que ceux de 2005.

Vendredi 6 Mai 2016, 11:28 GMT+2 | Retour au début

Bruno dit

@Sebovino ; certes, mais comparer les styles de Blot (en sec) et de Delesvaux (en sucré) est sans doute un peu abusif ... même si ma comparaison pouvait prêter à confusion.
Je disais juste que ces deux producteurs se situent à la fois parmi les meilleurs et parmi les meilleurs rapports Q/P

@LaurentG : vouvrillon ? A quel niveau ?

Bruno

Vendredi 6 Mai 2016, 19:13 GMT+2 | Retour au début

Stéphane Hubert dit

Rien de confidentiel : Yannick Amirault sur Bourgueil et St Nicolas de Bourgeuil pour les rouges.

La Loire regorge de pépites avec de très bons RQP.

Il ne faut pas hésiter à sortir de sentiers battus.

Gouté hier un Pinot Noir d'Arbois: bluffant.

Vendredi 6 Mai 2016, 19:16 GMT+2 | Retour au début

Sebovino dit

Bruno: Effectivement j'ai été "confusionné" :). Mais je comparais Blot et Delesvaux en sucré. Je préfère d'ailleurs le dernier sans commune mesure. Pour ce qui est des secs en Touraine, il y a match entre Blot, Chidaine, Jousset, Huet (...). Et match le match tourne en faveur des uns et des autres en fonction des cuvées et typicité des millésimes, à mon sens. Par ex, sur 2014, tout est bon, mais les Bournais de Chidaine m'ont estomaqué au moment M de la dégustation.

Greg V: Blot de la Butte, c'est très bon, parmi le top 10 de l'ATP Tour "cabernet franc". D'ailleurs je ne regrette pas d'avoir du Perrière et du Mi-pente! Mais j'avoue opter pour les rouges de Patrick Baudoin, Alliet, Roches Neuves, Domaine de l'R ( Folies du Noyer vert). Bon ceci dit, chaque année le top 10 bouge et le 7 ème passe 3ème...

Tiens par ex, je viens de découvrir une bulle de Vouvray hautement qualitative. Inconnu du bataillon et qui met une claque à Foreau et Huet. :)

Vendredi 6 Mai 2016, 20:41 GMT+2 | Retour au début

Sebovino dit

Au fait, Jacky Blot, croisé devant chez lui, m'a presque menacé si je ne prenais pas du 2015 tant les jus sont "parfaits". Les 2014 dans le coffre en étaient vexés. idem chez Jousset.

A voir...

Vendredi 6 Mai 2016, 20:44 GMT+2 | Retour au début

Candide dit

Ce blog voulait prendre un virage plus généraliste, voire tendre vers une forme de culture universelle et pluridisciplinaire ; le voilà occupé par deux-trois spécialistes de la spécialité , buveurs d'étiquettes que leur snobisme voudrait faire passer pour expertise .. Mais laissons du temps au temps, selon la formule à succès d'une vieille pomme caramélisée de la publicité

Vendredi 6 Mai 2016, 21:56 GMT+2 | Retour au début

Nicolas Herbin dit

@ Sebovino : le "grillé" n'est souvent rien d'autre qu'une forme de réduction sur les blancs (souvent confondue avec le bois neuf par le dégustateur peu initié - NB : cela dit sans être pédant, car j'en fus et je me fais encore avoir, pas plus tard que cette semaine avec un blanc du Roussillon) ; voire de l'autolyse levurienne, que l'on peut facilement rechercher en dosant plus au moins fort les lies, avec plus ou moins de "grossièreté" pour celles-ci. Cela a longtemps fait le succès des vin de JF Coche (et d'autres vignerons de Meursault) par exemple, ou des blancs des frères Foucault (qui """copient""" Coche, qu'ils vénèrent). A petite dose, on bénéficie d'un côté chic qui donne du relief au vin, et qui se dissipe à l'air. A haute dose, bonjour l'amertume et les notes métalliques qui tirent sur la boite de sardine à l'évolution (Oliv : spéciale dédicace). Cet aspect peut aller et venir dans le vin, en fonction de son âge - ie. on peut l'avoir en jeunesse mais moins plus tard. Par contre si on l'a beaucoup en jeunesse, on l'aura encore et toujours plus tard. Perso, je n'aime pas l'excès de grillé (et tous les excès viti-oenologiques en général), car c'est - je trouve - un des ennemis de la pureté du vin, au même titre que le trop de bois, d'extraction, de soufre, de non soufre, etc. Tout est question de dosage et d'équilibre. Et c'est à ce titre que le vin est une belle et précieuse école de la vie. Peynaud avait tellement bien compris cela...

Vendredi 6 Mai 2016, 22:34 GMT+2 | Retour au début

Serge dit

Candide : vus vos dons culinaires abondamment exposés et glorifiés(si mes informations sont bonnes) côté vieille pomme déjantée vous n'êtes pas mal non plus!

Vendredi 6 Mai 2016, 22:39 GMT+2 | Retour au début

Sebovino dit

Candide, travaillons ensemble pour déradicaliser Greg V et Laurentg de leur snobisme :)! Avec du temps, ils deviendront peut être ce que nous sommes, surtout ce que vous êtes. Je vous laisse commencer:

Que doivent-ils comprendre?

Vendredi 6 Mai 2016, 22:51 GMT+2 | Retour au début

Candide dit

Merci Serge. Quels que soient vos pseudos, vous touchez toujours au cœur.

Vendredi 6 Mai 2016, 22:59 GMT+2 | Retour au début

Sebovino dit

NICOLAS:

Oui, sur les Tailles aux Loups, la réduction me semble en être la cause, comme dit, elle a déjà disparu sur les Caburoches 14 bu en avril.

Chez Labet aussi, disparu sur un des cuvées ouillée.

Chez Goeschikt, le riesling a ce grillé qui est parti pour rester selon le domaine.

Chez Lindenlaub, riesling également typé grillé chardonnay Bourgogne/Jura, le domaine m'annonce 2-3ans de bouteille pour une disparition quasi totale.

Entre autolyse, réduction, fût, "terroir", pas facile de décrypter les causes de cette aromatique qui je l'avoue me plait assez. Encore vu sur l'aligoté d'Auvenay mais là ça dépasse l'entendement...mais c'est pas dégueu :)

Vendredi 6 Mai 2016, 23:01 GMT+2 | Retour au début

Nicolas Herbin dit

Le dernier Aligoté de Lalou que j'ai bu était trop grillé pour mon goût ! Mais dirai-je la même chose dans 15 ans ? Pas sûr... !

Vendredi 6 Mai 2016, 23:13 GMT+2 | Retour au début

Bruno,

Vouvrillon en termes de goût (une évocation de charbon de bois), en particulier sur carbonifera.

Samedi 7 Mai 2016, 01:00 GMT+2 | Retour au début

Greg V dit

La part entre l'élevage, la réduction et l'autolyse est difficile à cerner. Par exemple, je ne suis pas certain qu'on puisse réellement trouver de vin aux notes grillées sans élevage bois.
Par ailleurs, selon certains vignerons, le terroir joue aussi son rôle. Par exemple, Tissot me disait que sur Mailloche, ses chardos avaient plus de tendance à la réduction pour donner cet aspect "sésame grillé" ... Bref, tout cela est complexe.

Pourquoi le grillé se retrouve très facilement à Meursault, mais jamais à Chablis, même avec le même type d'élevage ?

Candide ... ou ignare ? Parce que déduire du fait qu'on préfère Taille aux loups à Clos Rougeard est être un buveur d'étiquettes ... comment dire ...

Samedi 7 Mai 2016, 11:15 GMT+2 | Retour au début

Sebovino dit

Sur les riesling que je cite plus haut, tt comme le bourguignon, il y a soit absence de bois, soit présence de très très vieux bois. Le grillé y est dominateur.

Samedi 7 Mai 2016, 11:34 GMT+2 | Retour au début

Serge dit

Reconnaissez, Candide, que je vous gâte

Samedi 7 Mai 2016, 17:18 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

Candide et Serge : déployez vos dons littéraires ailleurs.

Merci !

Samedi 7 Mai 2016, 17:47 GMT+2 | Retour au début

Bruno dit

@LaurentG : je vois. Un peu comme le feu "Clos du Pavillon" que Philippe Delesvaux isolait il y a encore quelques années, une empreinte carbonée à défaut de Carbonifère

Dimanche 8 Mai 2016, 09:49 GMT+2 | Retour au début

Exactement cela, comme discuté avec lui lors d'un salon de vins liquoreux à la Tour Blanche.

Dimanche 8 Mai 2016, 10:33 GMT+2 | Retour au début