BIENVENUE SUR Le monde du grand vin
RECHERCHE
Accueil> Du Vin en général > Vendanges 2015 et verticale Clos de Tart
 Gje

Le monde du grand vin

Du vin en général, de la gastronomie souvent, et du reste si nécessaire. Mais toujours dans le respect d'autrui. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé : consommez avec modération.

Vendanges 2015 et verticale Clos de Tart

Vendredi 11 Septembre 2015, 11:30 GMT+2Par GjeCet article a été lu 2045 fois

Il y a des jours, comme ça, où les choses sont belles. Grand soleil, températures parfaites, gens souriants, vignerons évoquant déjà les derniers millésimes de référence avec en parallèle, question précocité, le 2003.

Eric Rousseau terminait juste hier le 10 septembre… alors que Sylvain Pitiot, fêtant son départ du Clos de Tart avec une dégustation en majesté de 20 millésimes et un dîner au vieux pressoir de 400 ans, nous racontait les millésimes où on commençait le 10 octobre ! Chez Mortet, c'est encore en forte animation.

Aubert de Villaine, amoureux des superbes baies de la Romanée-Conti m'informe qu'il y a encore 3 jours de vendanges à prévoir au Domaine… et normalement toujours avec le beau temps.

Le bémol - il y a toujours un bémol - à cette potentielle superbe qualité (toujours attendre le vin en bouteille) est, là encore pour ce millésime, une quantité qu'on eût préféré plus importante. Eric Rousseau évoque un - 40 %, mais à la DRC et au Clos de Tart, on est plus sur un - 25 %.

cfe
Un nom désormais incontournable pour les amoureux de la Bourgogne
 
Comme il y avait à cette soirée trois pointures du GJE, Michel Bettane, Bernard Burtschy et Jacques Perrin, vous imaginez bien que je ne vais pas ramener ma fraise pour commenter tous les vins dégustés ! Sûr que vous trouvez chez ces trois seniors des rapports bien détaillés. On vous dira où.
 
Mais - on retient toujours quelque chose de ce qui est dit dans ces moments festoyants - Michel Bettane a littéralement traité de criminel tout individu incapable d'attendre a minima 20 années pour déguster ce cru de climat placé au podium des plus beaux noms de la Bourgogne. On suivra doctement cet avertissement, d'autant plus que le 76 servi en millésime surprise était loin, très loin d'avoir dit son dernier mot ! C'est là par ailleurs que François Audouze, a eu quelques éclats de voix "mezzo voce" cachant mal un caché "enfin du vin" :-)
 
Là, j'exagère, vous l'avez compris.
 
De mon côté, je retiens le jouissif plaisir apporté par le 2007 qui m'a bluffé un max, et un orgueil mal placé d'avoir fait l'acquisition chez le Grand Jacques, du temps des grandes heures, du 2005 simplement monumental… et que discrètement Sylvain Pitiot a qualifié de sa plus belle réussite en 20 ans de direction de cette maison appartenant à la famille Mommessin.
 
Maintenant la propriété est sous la direction de Jacques Devauges, un gestionnaire passé par l'Arlot d'Axa-Millésimes, et qui était un grand copain du Denis Mortet. Cela m'a fait plaisir qu'il ait également cité Puisais parmi les 5 noms des personnalités qui ont marqué son chemin dans sa vie du vin. Gageons qu'il saura faire fructifier le superbe héritage que lui confie Sylvain Pitiot et ce départ avec le millésime 2015 est un sacré cadeau de dame nature !
 
Mon amour de l'anglo-saxon, qui semble connu ici, a fait que je fus placé à table entre un MW imposant (en taille) Monsieur Jasper Morris, et maniant le français avec un accent qui devrait être © à son nom, et Neal Martin l'actuel bras droit de Robert Parker. Promis juré : je fus très sage et très "entente cordiale".
 
de
Oui, c'est un Monopole.
Pour les jeunes générations qui lisent ce blog, cela veut dire que la totalité de ce climat répertorié en "grand cru" appartient à la même famille.
 
Aujourd'hui, passages prévus chez Coche-Dury, un coucou à Pierre-Henry Gagey et un autre à Bernard Noblet qui doit suivre ses cuves comme ma grand-mère le lait sur le feu.
 
Conseil du jour : quand vous visiterez le pressoir du Clos de Tart, surtout dites bien à propos que vous savez que l'immense roue des cordages ne descend pas sur la vis ± sans fin : elle reste en haut, la coquine ! Et, du temps des bonnes soeurs, cette vis était en peuplier, plus facile à travailler que le chêne, cassant certes plus facilement… mais on avait des pièces de rechange :-)
Et on pressait les raisins entre des lits de paille ! Mais qu'est ce que cela devait donner comme vin ????
 
Mauvaise langue que vous êtes ! Vous étiez prêts à me dire qu'on ne faisait que s'amuser dans ces visites de domaines ! Ben non : on est là pour apprendre !
 
Encore un grand merci pour ce moment privilégié et cette façon tout à fait particulière pour la Bourgogne de savoir recevoir si simplement et en même temps avec des vins de majesté… sans oublier le ban bourguignon, le "lalalalalère" qui lance les soirées !
 
Et maintenant, en route pour le bordelais où là aussi les vignerons sont tout sourire !
 
pôj^p

Lire d'autres articles de la rubrique

Cet article a été commenté 5 fois | Ajouter un commentaire | Revenir en haut | Aller en bas

Mauss répond

On fait le max ce jour pour finir les vendanges, car demain on annonce de la pluie.

Mais bon : en Côte de nuits, l'essentiel, et de loin, est déjà rentré. Ouf !

Samedi 12 Septembre 2015, 10:43 GMT+2 | Retour au début

Oliv dit

"On suivra doctement cet avertissement, d'autant plus que le 76 servi en millésime surprise était loin, très loin d'avoir dit son dernier mot ! C'est là par ailleurs que François Audouze, a eu quelques éclats de voix "mezzo voce" cachant mal un caché "enfin du vin" "

La lecture de l'évènement par le même François Audouze.
lapassionduvin.com/phorum...

Samedi 12 Septembre 2015, 13:39 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

A la limite, le Père Audouze :-)

Bon : il ne fut pas le seul à dire 1976 en premier jet : mais pourquoi ne s'arrête t'on jamais aux premières impressions ?

va savoir Charles…

Et oui, j'ai superbement apprécié le cadeau Audouze, ce vin étonnant à l'origine liquoreux puis devenu sec bizarre comme les plus grands vins d'Egon Müller après 30 ans de cave.

Ce vin :

Niersteiner Konigskerze Rheinhessen Bansa & Sohn 1959

Samedi 12 Septembre 2015, 13:45 GMT+2 | Retour au début

Pioupiou dit

Dites pas de mal d'Audouze, c'est le seul type capable d'ouvrir une bouteille de Cristal Roederer pour accompagner de la baguette décongelée et un morceau de beurre et de s'éclater! un gourmet un vrai

www.academiedesvinsancien...

Dimanche 13 Septembre 2015, 18:36 GMT+2 | Retour au début

Mauss répond

Rapport complet sur le site du Grand Jacques :

www.jacquesperrin.ch/chan...

Bravo !

Jeudi 17 Septembre 2015, 17:49 GMT+2 | Retour au début