BIENVENUE SUR Le monde du grand vin
RECHERCHE
Accueil> Autres sujets > Grapillages de week-end 2009/3
 Gje

Le monde du grand vin

Du vin en général, de la gastronomie souvent, et du reste si nécessaire. Mais toujours dans le respect d'autrui. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé : consommez avec modération.

Grapillages de week-end 2009/3

Vendredi 6 Fevrier 2009, 22:20 GMT+2Par GjeCet article a été lu 10083 fois

Sarkozy, encore le Jura, mes progrès sur Mac, un aller-retour en Espagne à Vega Sicilia, quelques nouvelles bordelaises, et autres babioles comme l'olio di oliva.

Musique : le DVD de l'opéra ATTILA de Giuseppe Verdi, version Ricardo Muti avec une mise en scène de Jérôme Savary.

NDRL : je suis en attente de la nouvelle version "mabulle"

pour l'intégration des images, du son et de la vidéo. Désolé de ces textes sans photos. On corrigera plus tard.

L'intervention de Sarkozy hier soir :

Sans entrer dans des discussions politiques sur le contenu qu'on apprécie certainement différemment selon ses propres sensibilités, deux remarques à l'emporte-pièce :

   - à tout le moins, ses phrases étaient claires, compréhensibles et  souvent frappées au sceau du bon sens.

   - les journalistes-potiches ont été sotto zero. Où sont les Cotta d'antan ? Duhamel a été lamentable sur l'histoire Kouchner. Il n'est pas question d'absoudre, mais à ce niveau, un vrai journaliste se doit d'attendre d'avoir des infos un peu plus consistantes. Cela me rappelle les questions hors de propos de Nossiter aux Frescobaldi sur l'attitude de leurs parents pendant la guerre. Mais bon, passons.

Sur France 2 ensuite, ce fut un terrible hallali d'intello parisiens. Bon, chacun a le droit de s'exprimer et de ne pas aimer la façon de travailler de notre Président. Néanmoins, à entendre de telles diatribes, à se souvenir des énormes pesanteurs de notre société française, on devient sacrément sceptique sur l'émergence des forces requises dans de telles circonstances. Plus que jamais, il nous manque la poigne et la classe d'un de Gaulle.

Le Jura :

Petite satisfaction perso : j'ai réussi à réaliser un petit iweb sur le site MOBILEME d'Apple qui raconte, principalement en images, notre séjour au Jura. Le système est assez simple, facile d'usage et avec des tast et des tas de possibilités à portée de simples clics.

1ppy : n'y allez pas: vous allez désespérer de mon futur informatique, d'autant plus que côté design, là, je suis franchement le dernier de la classe.

L'adresse : 

ICI

Les capacités des logiciels mac :

Cette petite, rapide, et très élementaire expérience sur Mac me donne l'idée, pour le futur, d'y mettre les résumés de nos sessions ou séminaires.

N'hésitez pas à critiquer, le blog est fait pour ça.

Un AR à Vega Sicilia :

Avec un arrêt à Bilbao : dieu, que la ville a changé depuis la session du GJE en 2001. Les promenades autour du Guggenheim sont relaxantes à souhait; la propreté est impressionnante, et les locaux semblent heureux dans leurs bottes.

Un excellent restaurant que j'ai déjà évoqué, mais j'attends l'intégration des photos pour en parler.

Au retour, à Burgos, un autre restaurant à l'ancienne, qui tient un peu du style "Winstub" avec une spécialité cuite au four à bois : le train de côtes d'agneau ou les petits gigots. 

C'est assez fascinant de voir tous ces espagnols qui arrivent à table vers 14h30 et qui apprécient vraiment les plaisirs de la table. Mais comment font-ils donc pour ne pas travailler entre 14h00 et 16h00 alors que le reste de l'Europe turbine à 100 % ? Sondage à faire : le niveau des communications internationales arrivant et sortant d'Espagne entre 14h00 et 16h00. Victor : après les déjeuners, tu siestes un peu ? Ou tu retournes juste vérifier le courrier ? :-)

Un coup de pied das la fourmillière "business" qui vaut son pesant de cacahuètes :

J'en croyais pas mes oreilles en écoutant le Monsieur dans le poste: les zeus de Bruxelles ont décidé qu'à partir de juillet, sur les bouteilles d'huile d'olive, les fabricants devront indiquer la région de production d'origine !! Ça, mes gaillards, c'est du sacré costaud car peu de gens savent que le premier importateur des huiles espagnoles… c'est l'Italie.Si je ne m'abuse, plus de 40 % des exportations espagnoles vont vers l'Italie. Ce changement de drapeau permet des aménagements de prix d'un juteux pas possible pour tant de grossums en mal de profits à deux chiffres. Voilà un dossier qui va être intéressant à suivre ma bonne dame michou !

La prochaine session du GJE :

Elle aura lieu au Laurent à Paris ce 12 février où on dégustera quelques rieslings alsaciens, luxembourgeois et autrichiens parmi une sélection "haut de gamme" que nous a concoctée Joël Payne, le local GJE de l'étape. Je sens que cela va chauffer au debriefing et j'attends de voir si le sucre résiduel (SR) va piéger nos palais pro ou non.

Weinbach, Bott-Geyl, Ostertag, Seppi Landmann, Spielmann, Bernhard ont accepté le défi. Un peu dommage que quelques grandes maisons soient restées frileuses.

On aura parmi nos dégustateurs un ami de toujours du GJE : Maurizio Zanella (Ca del Bosco). Voilà un homme dont la caractéristique principale a été, est et reste une extraordinaire générosité. Je n'oublierai jamais, lorsque j'ai réussi à faire venir en Italie tous les pontes de Traditions & Qualité (les plus grands chefs étoilés des années 70/80), avec quelle simplicité, majesté et opulence à la fois il a reçu tout ce monde français qui, pour sa très grande majorité, ne connaissait strictement rien de la belle cuisine italienne. C'en était honteux. Même JC Vrinat qui, à force d'insistance avait concédé de faire un AR en une journée, est resté coi et , contre toute attente, est resté 3 jours en Italie.

C'est de cette époque que date l'amitié réelle entre les Santini (Dal Pescatore ***), Paul Bocuse et surtout les Haeberlin.

Du temps du mexicain, du temps des grandes heures… Faudra que je vous raconte aussi la visite chez Porsche où, avec les pilotes maison, on a tâté des pistes tous-terrains. Demandez à Bocuse : blanc il était : tout blanc à la sortie de son tour de circuit. Grand moment (et cantine tip top chez Porsche).Et Pierrick Guillou, Troisgros et tous les autres. Et lors d'une autre sortie de Traditions & Qualité chez PIC, un petit déj d'anthologie : j'ai encore la cassette sans laquelle personne ne me croirait !

Bon, vous allez dire que le père Mauss radotte à qui mieux mieux en évoquant des nostalgies naphtalinées. On va tâcher de mieux se contrôler à l'avenir : promis.

Les fièvres bordelaises :

Bordeaux entre doucement, avec une certaine anxiété, dans une twilight zone. Il suffit de consulter le blog de Jean Luc Thunevin pour sentir à quel point chacun se demande à quelle sauce il va être mangé. Tout le monde s'attend à une baisse sévère moyenne des prix d'un bon 30 %. Mais on pressent déjà ici et là que ce ne sera pas suffisant, loin de là, car ce qu'il faut regarder, c'est la courbe des prix depuis 1998 si on veut rester au niveau d'une décennie. C'est pas triste pour nos portefeuilles, ça, c'est sûr !

Soyons bref : la bulle spéculative liée au millésime 2005 a éclatée. On cite un gros négociant de la place qui accumule (il a la trésorerie) des lots impressionnants de 2005 qui reviennent en chais bordelais… à un prix sensiblement inférieur au prix de sortie du cru à l'époque. C'est dire que toute la spéculation sur le cru non seulement a fondue comme neige au soleil, mais surtout qu'on va atteindre des prix bien inférieurs aux prix de sortie dans les mois qui viennent (un phénomène qui ne touchera pratiquement aucun des grands crus bourguignons quand ils sont de nobles Maisons).

Grosso modo, cela veut dire que tout ceux qui ont spéculé sur ce millésime vont, soit perdre des plumes s'ils sont obligés de vendre pour se refaire une trésorerie, soit devoir "porter" financièrement cet actif pendant au moins dix ans avant de retrouver - éventuellement - le prix qu'ils ont payé. Ma fois, ils pourront toujours boire le vin, non ?

Autre conséquence : la bulle foncière va aussi se dégonfler sérieux-grave. Il n'y a pas si longtemps, on a payé l'hectare en libournais le même prix en FF qu'il est actuellement en euros : cela ne pourra tout simplement pas tenir. Mais, vu la rareté de ce type de bien, la chute sera moins sévère.

Terra Burdigala :

Passage ce soir Place du Palais à Bordeaux où Stéphane Derenoncourt (en pleine forme, le gaillard !) présentait avec Mademoiselle Bernadette Thienpont (toujours aussi jolie, surtout quand elle rie avec cette franchise des yeux et du sourire) les vins de Terra Burdigala.

Voilà des vins à prix TTC inférieur à € 20 (le premier est à moins de € 7) qui sont honnêtes et feront toujours de Bordeaux une région où trouver des vins à prix décent, tant il est vrai qu'on parle trop (nous les premiers) des crus mythiques à 3 chiffres, sinon 4. Cherchez : vous trouverez.

En conclusion :

Déjeuner ce jour avec LPV au Chapon Fin : pas possible de trouver plus bordelais que cela dans la restauration. Bon sang de bon soir : on vient au restaurant pour échapper un tant soit peu à la morosité ambiante. Alors, du chef au personnel, que diantre ! Un peu de soleil, de joie, d'enthousiasme. Laissez vos soucis à la porte de votre banquier. Je sais, il n'y a pas plus arrogant qu'eux en ce moment, mais enfin !

D'autant plus que le menu du jour est plus que correct, suffisamment copieux et harmonieux. Par contre, je trouve inacceptable que les entrées soient toutes dans la même gamme de prix que les plats. Nous avons assez de produits en France pour composer des entrées qu'on ne devrait pas payer plus de € 15. On échoue lamentablement là où les italiens et les espagnols ont tout compris. Va falloir que j'en dise un mot à Monsieur Jean Michel Cazes et à Sylvie :-)

Tout cela pour dire que LPV - il ne l'a pas fait exprès - avait apporté un 1978 Nuits St Georges Les Chaignots d'Alain Michelot. La bouteille était parfaite et le sommelier (un tout neuf, importé d'Alsace) était esbaubi devant la qualité du bouchon. C'est simple : le vin était la traduction liquide du mot "perfection". Régamien. Tout était là : un nez généreux et envoûtant; une bouche ronde mais structurée; une finale qui n'en finissait pas. Dire que je critique toujours cette époque en me basant sur quelques bouteilles de Jean Grivot qui m'ont apporté bien des déceptions. Mea culpa : voilà la totale rédemption.

Conversation fascinante avec LPV à la quête avec son partenaire Lagneau du verre idéal, celui qui assure la transition la plus harmonieuse possible entre ce que ressent le nez et ce que ressent la bouche. Je ne savais pas que c'était aussi complexe que cela. Mais le produit final va bientôt arriver en rayon : je ne vous dis que ça !

Lire d'autres articles de la rubrique

Cet article a été commenté 47 fois | Ajouter un commentaire | Revenir en haut | Aller en bas

A Reims, Philippe de Cantenac nous a proposé ce vin :
Gewurztraminer Alsace Grand Cru Mambourg Domaine J.M Frédéric Bernhard 2006
Du sucre, mais pas VT, et pour moi, clairement pinot gris, Blanck Furstentum(muscat pour quelques autres).

Nous tâterons du Riesling allemand sur Paris le 19 février, dans une belle série préparée pour LPV Paris par l'ami David Rayer, spécialiste de cette région fructueuse ...

Vendredi 6 Fevrier 2009, 23:14 GMT+2 | Retour au début

Armand dit

Rien que la salle du Chapon fin en compagnie de LPV devrait ôter tout spleen! (J'y suis allé la première fois en 1973)

Samedi 7 Fevrier 2009, 00:02 GMT+2 | Retour au début

Yves dit

On va vous prévoir une formation pour affiner :) mais le saut technologique déjà visible permet les plus beaux espoirs

Samedi 7 Fevrier 2009, 07:52 GMT+2 | Retour au début

Mauss dit

Merci Yves : cela me rappelle, avec une émotion certaine, les bons points que notre génération a connus en maternelle; et, allez savoir pourquoi, le lait-fraise qu'on buvait à la récré, don de Mendes-France.

Du temps des grandes heures, du temps du mexicain?

Samedi 7 Fevrier 2009, 09:18 GMT+2 | Retour au début

Yves dit

Vous avez connu ça aussi M Mauss! !un merveilleux souvenir, je ne sais pas pourquoi!! bref......et on avait le droit en plus aux chutes des hosties........ les caramels à 1 centime!!! arrêtons.. les gamins qu'on envoie à l'école en 4/4 ne vont pas comprendre

Samedi 7 Fevrier 2009, 10:09 GMT+2 | Retour au début

Mais comment elle fait l'Europe à fonctionner de midi à 14 heures alors que l'Espagne turbine à bloc? Et non, la sieste est un luxe seulement pratiqué le week-end maintenant. De toutes façons, pas tous nos repas de midi sont des fêtes pantagruéliques à coups de cochon rôti dans une winstub version castillane de Burgos, François... On avale un petit 'menú del día' sur le pouce, plutôt...

Samedi 7 Fevrier 2009, 10:46 GMT+2 | Retour au début

Armand dit

Pourquoi, j'ai pas eu de sirop de fraise dans mon lait? Je supposes que c'est encore une conséquence su statut particulier de l'Alsace-Lorraine. Ah! la politique clientéliste!

Samedi 7 Fevrier 2009, 11:05 GMT+2 | Retour au début

Moi je buvais du lait-menthe dans une colonie de vacances que j'abhorrais, car je m'y ennuyais et en détestais les méthodes brutales et punitives.

Mon seul plaisir : le lait Nestlé concentré sucré qui a déjà été évoqué ici il me semble.

Samedi 7 Fevrier 2009, 11:23 GMT+2 | Retour au début

Yves dit
Mauss dit

Comme on parle du journal Le Monde : dans l'édition datée de ce samedi, vous avez en page 3 un reportage sur mon meilleur pote : Jean-Pierre Gontard.
Il a fait également le sujet de l'émission "Temps Présents" en Suisse.

J'espère qu'un jour il racontera en détails ses voyages en Colombie qu'il m'expliquait alors sous le sceau du secret.

Il a quand même à son actif la libération de plusieurs kidnappés des Farc, dont du personnel de Novartis.

Si la politique vous intéresse, allez lire ces articles sur cet homme de l'ombre originaire du sud-ouest : le sérieux, celui des canards gras.

Samedi 7 Fevrier 2009, 17:09 GMT+2 | Retour au début

Yves dit

Oui, et un écho prémonitoire ?

Samedi 7 Fevrier 2009, 17:57 GMT+2 | Retour au début

Yves dit

Une sorte de Marchiani Suisse?? :) ;)
pas taper! pas taper M Mauss!! bon je sors, par la petite porte?? là,,, d'accord!!

Samedi 7 Fevrier 2009, 18:11 GMT+2 | Retour au début

Mauss dit

Yves :

Je viens de lire le blog du Monde qui analyse la conf de Sarkozy.
Bien, il y a matière à critiques, c'est certain.
Ce que je constate simplement : c'est qu'en France, à écouter le milieu parisien, et quelque soit le Président - plutôt de droite - grosso modo, tout ce qu'il dit ou fait est faux, mal intentionné, mauvais, mal vu, inefficace et cie.
Dans une période où le gros des problèmes est devant nous, si on n'accorde pas un minimum de bonne volonté à ceux qui nous dirigent, et si au lieu de construire en proposant autre chose qui tienne la route, on se contente de critiquer, on va où ? Vous me le dites ?
On veut défendre un modèle qui a été construit dans les années 60, avec une pyramide d'âge bien différente de l'actuelle, sans même évoquer les effets, très réels, de la mondialisation. On veut garder les avantages et on ferme les yeux sur ce que cela entraîne comme coûts… que devront supporter les générations à venir.
Beau programme !

Samedi 7 Fevrier 2009, 18:15 GMT+2 | Retour au début

Mauss dit

Yves :

Lisez l'article du Monde et prenez le podcast de l'émission Temps Présents (devrait être en ligne lundi ou mardi : on a le temps chez les Helvètes !).

Marchiani n'était pas avec lui quand il a été le dernier européen, après Kouchner, à quitter le Biafra.

Samedi 7 Fevrier 2009, 18:23 GMT+2 | Retour au début

Armand dit

Mouais...François tu devrais relire la devise de Beaumarchais qui est en 1ère page de ton quotidien favori, (et cela dit, sans aucune ironie de ma part) s'ils l'ont gardé:
"Sans la liberté de blâmer, il n'est pas d'éloge flatteur".
A part ça l'anti-parisianisme, ne vaut que ce que valaient jadis l'anti-communisme et l'anti-américanisme: même pas de la patée pour chat. Je pense que la critique salutaire ne devrait pas prendre des raccourcis. La ligne de plus grande pente est toujours la plus facile.
Comme disait James Agee dans le fabuleux reportage fait avec Walker Evans à l'époque du New Deal: "Louons maintenant les grands hommes."

Samedi 7 Fevrier 2009, 18:25 GMT+2 | Retour au début

Yves dit

Je sais juste que la tempête est forte et que bien malin est celui qui sait dire ce qui peut ou doit être fait, alors comme ces mystères nous échappent .......mais la vague, la big one est là et je la vois grossir tous les jours: elle fera des dégats....... le microcosme parisien là dedans j'ai peur qu'il ne pèse pas bien lourd. les marins conseillent de mettre à la cape mais bon!!

Samedi 7 Fevrier 2009, 18:31 GMT+2 | Retour au début

Yves dit

Je sais juste que la tempête est forte et que bien malin est celui qui sait dire ce qui peut ou doit être fait, alors comme ces mystères nous échappent .......mais la vague, la big one est là et je la vois grossir tous les jours: elle fera des dégats....... le microcosme parisien là dedans j'ai peur qu'il ne pèse pas bien lourd. les marins conseillent de mettre à la cape mais bon!!

Samedi 7 Fevrier 2009, 18:31 GMT+2 | Retour au début

Yves dit

J'ai vu l'article sur l'émission de la télé suisse!
Marchiani est un homme courageux qui a été pris dans une sacrée bagarre

Samedi 7 Fevrier 2009, 18:35 GMT+2 | Retour au début

Mauss dit

Armand :
Nous savons tous les deux que nous ne partageons pas les mêmes vues ni les mêmes analyses sur ce qui se passe.
Sur le principe, tu as raison, mais dans les faits ?
Dis moi simplement où lire une alternative sérieuse de propositions qui tiennent la route, et je ferai mon mea culpa.
Les grands principes ne sont plus suffisants, hélas. Il est un moment où il faut agir, réunir, actionner, engager.
Pour ses grandes décisions qui ont façonné notre pays, De Gaulle n'a pas pris de gants.
On rentre dans une période où il faut se salir, tripatouiller la boue, prendre des coups, mais arrêter surtout des discussions byzantines qui ne mènent nulle part.
Qui propose quoi ? Tu me le dis ?

merci,

Samedi 7 Fevrier 2009, 18:38 GMT+2 | Retour au début

Armand dit

Sauf que NS n'est pas de Gaulle, c'est sa rature (pour paraphraser Léo Ferre)

Samedi 7 Fevrier 2009, 18:43 GMT+2 | Retour au début

Mauss dit

Marchiani : voilà un homme qui a sans doute fait des choses financières pas reluisantes. Probablement inexcusable.
Mais il a libéré, par son action nos journalistes pris en otage à Beyrouth. Dans le bilan d'un homme, tout doit être pris en compte.
Certes, il y a des exceptions. je ne sais trop pourquoi, peut-être parce que j'ai eu l'occasion par deux fois d'échanger avec lui, il y a des parfaits. cet homme en est un : Stéphane Hessel. Je n'ai pas connu ni Lacan, ni Onfray ni les potes du Grand Jacques. Mais je doute que ces hommes aient fait pour l'humanité le dixième de ce qu'a fait - dans l'ombre - Stéphane Hessel.
Là, oui, trois fois ui pour un immense respect sans aucun doute.

Samedi 7 Fevrier 2009, 18:45 GMT+2 | Retour au début

Yves dit

Armand l'anticommunisme de la bouillie pour les chats elle est salée celle là! c'est comme l'antinazisme ça doit être primaire et absolu!

Samedi 7 Fevrier 2009, 18:47 GMT+2 | Retour au début

Mauss dit

Armand :

Là, 100 % d'accord avec toi. Ce n'est pas demain qu'on verra se lever une telle pointure. Faut-il des guerres pour voir émerger des statures de ce type ?

Samedi 7 Fevrier 2009, 18:47 GMT+2 | Retour au début

Armand dit

La solution vient rarement des hommes (et des femmes) au pouvoir, parce que l'ivresse du pouvoir ramollit le cerveau et rares sont ceux qui ont la forced'y échapper. En France on a eu Gambetta, De Gaulle et Mendes-France et Rocard et encore ceux-ci n'ont-ils pas eu la possibilité de faire ce qu'ils préconisaient. Alors, le petit personnel politique actuel fait quand même bien rigoler.

Samedi 7 Fevrier 2009, 18:53 GMT+2 | Retour au début

Armand dit

Désolé Yves mais je ne confondrai jamais un communiste et un nazi, et de même pour un anti

Samedi 7 Fevrier 2009, 18:55 GMT+2 | Retour au début

Yves dit

Ben ouais mais prenons un exemple: la présidence française de l'Europe, de ce que jen sais toutes les autorités, hautes administrations etc étrangères ont été bluffées par la qualité exceptionnelle des dossiers préparés par la France sur les différents sujets à l'ordre du jour alors........après on pet disserter sur la grandeur de la marine à voile?!!!
et après cela méditons cette forte pensée du gars qui disait:
"en général ceux qui disent des généralités sont des imbéciles"

Samedi 7 Fevrier 2009, 19:03 GMT+2 | Retour au début

Armand dit

Justement Yves, il y a vraiment de quoi être inquiet

Samedi 7 Fevrier 2009, 19:30 GMT+2 | Retour au début

Paul dit

M. Mauss,

"Sarkozy : à tout le moins, ses phrases étaient claires, compréhensibles et souvent frappées au sceau du bon sens."

Mouais, ça se discute franchement ... mais au moins, ça nous change de son gloubiboulga sur l'organisation hospitalière.

www.dailymotion.com/video...

;-)

Bon, cessons ces chamailleries sur les épiphénomènes et épiprésidents ... je vous félicite de votre allégence nouvelle à la Pomme.

Samedi 7 Fevrier 2009, 21:44 GMT+2 | Retour au début

Yves dit

Désolé Yves mais je ne confondrai jamais un communiste et un nazi, et de même pour un antigje.mabulle.com/index.php...

Ohhhhhhhh! Armand le procédé (qui comme on le sait est facilement stalinien)!!! je vous parle idéologie vous me parlez hommes! Bien sûr que je ne confondrai jamais certains comunistes et les nazis. Tous les nazis étaient des salauds alors que les communistes se divisaient en deux sous groupes: les salauds (pas si rares que ça) et les cocus.

Dimanche 8 Fevrier 2009, 08:00 GMT+2 | Retour au début

Armand dit

Bien sur Yves, sous les pavés, il y a toujours la plage. En fait seul les hommes (et les femmes) m'importent.

Dimanche 8 Fevrier 2009, 09:03 GMT+2 | Retour au début

Mauss dit

Merci Armand pour ton dernier commentaire.
Voilà ce que j'aime sur ce blog : on ne dépasse jamais les limites (entous cas, jusqu'à présent) sans tomber dans le consensus mou qui m'a été reproché ici et là.

Hors sujet :

Radio Classique propose dans sa boutique un IPOD contenant l'intégrale de JS Bach avec, une majorité d'interprétations par Helmut Rilling.

Il me semble qu'il y a là un nouveau marché qui devrait décoller si on arrive à composer soi-même, à la demande, ce qu'on souhaite sur cet objet fabuleux du XXIème siècle.
Si cela peut être automatisé, ce doit être rentable.
Imaginez l'émotion du Grand Jacques si vous lui offrez à Noël un IPOD contenant tous les morceaux qu'il a évoqués, pendant toute l'année, sur son blog !! Quelle belle casse d'oreilles :-)

Dimanche 8 Fevrier 2009, 09:44 GMT+2 | Retour au début

On a évité de dire les deux mots qui fâchent : acquis sociaux...

Comment prétendre à retraite cinq à dix ans avant tous les copains, en ayant été au bénéfice de 15 semaines annuelles de vacances de plus que tous les autres salariés (les profs), et en ayant reçu 13 salaires annuels quand d'autres n'en reçoivent que douze ?

Comment partir à la retraite à 55 ans (parfois même avant) quand l'INSEE le démontre : votre classe professionnelle est celle qui bénéficie de la plus grande longévité à la retraite (toujours les profs, la RATP, la SNCF (par exemple). Nous le savons ils ne sont pas les seuls. Il y a d'autres grands bénéficiaires de l'Etat, et pas seulement de lui d'ailleurs) ?

Liberté, Egalité, Fraternité, je t'écris sur les murs de nos mairies, parfois de nos écoles...

Certains creusent leur tombe avec leurs dents, au moins le font-ils à leur détriment. Mais comment faire fonctionner un pays avec autant de variables ?

On en revient à De Gaulle.
Autrement dit plus de quarante ans sans un grand bonhomme pour une nation, ça fait long.
Cela s'appelle le déclin, non ?


laurent

Dimanche 8 Fevrier 2009, 14:54 GMT+2 | Retour au début

Marchaini, c'était le haut fonctionnaire qui parlait en corse au téléphone avec son ministre (Charles Pasqua) pour que les kidnappeurs ne comprennent pas ce qui s'échangeait ?

encore un bel exemple de la diversité française perdu dans la logique "un pays, une langue".

laurent

Dimanche 8 Fevrier 2009, 15:00 GMT+2 | Retour au début

www.lefigaro.fr/culture/2...

J'ai été emballé par le déjeuner chez Rabanel, par une cuisine fusion très convaincante, une détermination et un mouvement rassérénants.

François Simon says :
Telles sont les limites de ce guide sagement oecuméniste qui préfère enregistrer les mérites techniques d'une assiette (fut-elle répétitive), au lieu de capter ce qui fait la cuisine d'émotion, de spontanéité, réalisée en direct par des chefs présents. C'est ainsi que les bistrots gourmands, qui rallient les suffrages du public, passent une nouvelle fois à l'as, tandis que les tables plus dociles et gastronomiquement correctes sont récompensées. La vocation du Michelin n'est pas de devancer le mouvement, mais plutôt de le suivre.

Mercredi 11 Fevrier 2009, 11:26 GMT+2 | Retour au début

Les Créations de l’Atelier du Vivant AN 3 (Janvier 2009)
Menu « Créations », 7 touches de goût : 45 €
Menu « Emotions », 13 touches de goût : 75 €
Yaourt de haricots plats Tarbais / émulsion de Pata Negra /« lait de morue » / croustillant de jeunes blettes et ricotta Céleri boule / sablé amandes amères, lait d’amande, foie gras, gingembre confit au vinaigre, daschi, sorbet céleri et cumin Ravioles italiennes / patate douces / bouillon de patates / cacahuète et écume de parmesan / tuile parmesan Courge longue de Gimeaux / truffe mélano sporum / graines de courges caramélisées à la fleur de sel /bouillon de châtaigne / croquant praliné Artichauts bouquets en croute champignons sauvages et jabugo/ velours d’oignons blancs à l’huile d’olive /friture d’oignons et chanterelles / jus de viande à la truffe Chapon « cuit au plat » / jus bouillabaisse / févettes et citronnelle / écume de mer et algues Capuccino de topinambours / Truffe et terre végétale Assiette végétale / caramel de vinaigre de cacao / jarret de veau longuement confi au four / piment d’Espelette / jeunes pousses d’herbe et fleurs Osso irraty de vieille réserve, confiture de coing et oranges amères, quelques feuilles au vinaigre balsamique et huile d’olive Grog tiède aux agrumes, crème glacée et croquant aux épices Fouetté de poivrons jaunes au gingembre, croquette de chocolat amer et piment d’Espelette Bugnes au chocolat blanc & agrumes confits / lait de réglisse ...

Mercredi 11 Fevrier 2009, 11:28 GMT+2 | Retour au début

Yves dit

On se fiche comme d'une guigne du Michelin et encore plus du psittacisme annuel de François Simon qui a bien vécu pour avoir servi de petit télégraphiste à Naret et autres depuis des années; quitte à ce que cela lui fasse boum dans la tronche à certaine occasion très malheureuse. sinistre numéro de duettistes ringards

Mercredi 11 Fevrier 2009, 18:41 GMT+2 | Retour au début

Mauss dit

Que les choses soient claires.

Il est évident qu'au niveau suprême, une bonne dose de politique rentre dans les décisions du Michelin, quand bien même ils osent développer un discours hypocrite de grande facture.
Le seul intérêt du Guide Rouge - et je l'achète pour cela - ce sont les bibs gourmands.
Là, il y a une réelle info.

François Simon : ne jamais oublier que, comme Parker, il doit aller dans le sens de ses lecteurs. C'est d'ailleurs assez captivant comme mouvements d'influences en aller-retour.
Et ses lecteurs sont à 99 % des parisiens, style bobo relax qui aiment se faire de petites poussées d'adrénaline pas graves dans des endroits un peu canaille où, finalement, ce qui est dans l'assiette est un peu secondaire.
Ceci dit, à titre perso, cet homme de grande culture (si, si, Yves), sensible comme Rastignac, ne se laisse guère berner par les mauvais qui sont légion de nos jours !

Mercredi 11 Fevrier 2009, 18:56 GMT+2 | Retour au début

Yves

Cessez donc de ronchonner et allez donc faire un tour à Arles ... :-)

Mercredi 11 Fevrier 2009, 20:31 GMT+2 | Retour au début

Yves dit

Merci de vos bons conseils le mexicain......nous aviserons

Mercredi 11 Fevrier 2009, 21:24 GMT+2 | Retour au début

Il y a un mexicain de trop sur ce blog ... :-)

J'ai aimé la gouaille convaincante et décontractée du lieu (populaire, dans une rue piétonnière) et la carte des vins réjouira Olif et LaurentM.

Il parle de lui à la première personne du pluriel, comme Balladur ? :-)

Mercredi 11 Fevrier 2009, 21:56 GMT+2 | Retour au début

Yves dit

Non je regardais le téléfilm sur Louis XIV

Mercredi 11 Fevrier 2009, 22:10 GMT+2 | Retour au début

Heeter dit

Yves,

Vous n'avez pas regardé le pileux des sourcils expliquer de sa voix rauque et chafouine qu'il était content de la prestation de ses joueurs ?

Mercredi 11 Fevrier 2009, 23:04 GMT+2 | Retour au début

Yves dit

François Simon : ne jamais oublier que, comme Parker, il doit aller dans le sens de ses lecteurs
Mercredi 11 Fevrier 2009, 18:56 GMT+2 | Retour au début
c'est la définition d'un laquais, pas d'un journaliste!

Jeudi 12 Fevrier 2009, 18:07 GMT+2 | Retour au début

Yves dit