BIENVENUE SUR Le monde du grand vin
RECHERCHE
Accueil> Du Vin en général > Les premiers frémissements d'une baisse
 Gje

Le monde du grand vin

Du vin en général, de la gastronomie souvent, et du reste si nécessaire. Mais toujours dans le respect d'autrui. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé : consommez avec modération.

Les premiers frémissements d'une baisse

Dimanche 18 Mai 2008, 18:00 GMT+2Par GjeCet article a été lu 9350 fois

A écouter ici et là quelques personnalités bordelaises passablement au courant des tendances chez les grands négociants, il semble que le pic des plus-values sur les grands noms, depuis le millésime 2000, est atteint et certains n'hésitent pas à dire qu'on a commencé la phase descendante.

Déjà, certains conseils de fonds d'investissement asiatiques spécialisés dans les grands crus ont donné comme instruction aux acheteurs de stopper tous les achats des millésimes récents. 

En effet, selon leur analyse, les possibilités de plus-values pouvant couvrir les frais de gestions ET offrir aux actionnaires un taux de retour intéressant sont pratiquement nulles.

Quelques producteurs ayant gardé des stocks conséquents pour profiter eux aussi de belles plus-values ne sont plus convaincus qu'une attente supplémentaire va couvrir leurs frais de stockage et frais financiers.

Enfin, quelques maisons de négoce ne veulent pas se trouver avec des volumes importants face à un marché qui va devenir un marché d'acheteurs, et donc de baisse des prix.

Certes, les 100/100 Parker et assimilés feront une belle résistance, surtout quand il s'agit de propriétés dont les productions sont faibles, type Ausone ou Petrus ou L'Eglise-Clinet.

Mais la tendance de fonds semble se dessiner : le marché des grands vins suit peu ou prou le marché des actions et la flèche est à la baisse.

Cela prendra du temps pour arriver jusqu'à nous, les consommateurs, mais dans les milieux professionnels, où on constate que pour les 2007 il n'y a simplement pas de marché - mis à part quelques crus d'exception, unanimement bien notés - , les plus perspicaces sont sur le pied de guerre : cela va bouger !

On ne vas pas chômer chez Joanne ou Moueix dans les prochaines semaines !

 

A suivre…

 

les grands

Seront-ils touchés par un mouvement de baisse ? On peut en douter

 

La grosse inconnue : est ce que cela aura des répercussions sur la Bourgogne ? Il semble y avoir, pour cette fascinante région, un mouvement de fonds, particulièrement en Asie et aux USA, en faveur des grands crus des grands noms. C'est restreint comme pas possible, et donc on peut craindre (pour l'amateur) ou espérer (pour le producteur) qu'un éventuel mouvement de baisse aura peu ou pas d'influence sur cette tendance de fonds en faveur de ces vinificateurs excellents que sont les Leroy, les Mugnier, les Romanée-Conti et autres Roumier ou Rousseau.

Le Rhône restera protégé par ses petits volumes et l'amour incandescent de Monsieur Parker pour les Châteauneuf du Pape; l'Alsace a un marché sûr et serein peu sensible à ces variations et la Champagne devrait continuer à surfer sur une demande nationale et mondiale éblouissante !

Lire d'autres articles de la rubrique

Cet article a été commenté 1 fois | Ajouter un commentaire | Revenir en haut | Aller en bas

yves dit

avec pareil titre, ne risquons nous pas l'album de la comtesse?

Lundi 19 Mai 2008, 17:35 GMT+2 | Retour au début